Qui sommes nous ?

Directeur du projet ERC HornEast 
Professeur des universités, Aix-Marseille Université

Historien et arabisant, ancien membre de l’Institut français d’archéologie orientale, ancien directeur du Centre de recherche français à Jérusalem, Julien Loiseau est professeur d’histoire du monde islamique médiéval à Aix-Marseille Université et responsable (P.I.) du projet ERC HornEast. Spécialiste de l’histoire de l’Égypte et des villes du Proche-Orient, il a consacré sa thèse de doctorat à l’histoire du Caire à l’époque mamelouke (publiée en 2010 sous le titre Reconstruire la Maison du sultan. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire : 1350-1450, Le Caire, IFAO). Son habilitation à diriger les recherches a porté sur l’histoire sociale et culturelle de l’aristocratie militaire mamelouke (publiée en 2014 sous le titre Les Mamelouks. Une expérience du pouvoir dans l’Islam médiéval : XIIIe-XVIe siècle, Paris, Seuil, grand-prix du livre des premiers Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe en 2015). Il est aussi co-auteur de Jérusalem. Histoire d’une ville-monde des origines à nos jours (avec K. Berthelot et Y. Potin, sous la direction de V. Lemire, Paris, Flammarion, prix 2017 de la Fondation Pierre-Lafue et prix 2018 du CNL). Son intérêt pour l’histoire mondiale et l’histoire connectée (il a coordonné en 2009, avec P. Monet et Y. Potin, sous la direction de P. Boucheron, une Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard) l’a conduit à s’intéresser plus récemment à la question de l’islamisation à l’échelle du Proche-Orient et de l’Afrique de l’Est au Moyen Age. Le projet ERC HornEast est né à la croisée de ses différents terrains de recherche (Égypte, Palestine, Éthiopie où il a participé à la Mission archéologique française) et des problématiques de l’histoire connectée, et se donne pour objectif de documenter les connexions entre la Corne de l’Afrique et son environnement islamique aux échelles locale et régionale. Il a publié sur cette question « The Ḥaṭī and the Sultan. Letters and embassies from Abyssinia to the Mamluk court », dans F. Bauden et M. Dekkiche ed., Mamluk Cairo. A Crossroad for Embassies, actes du colloque de Liège (septembre 2012), Leiden, Brill, à paraître en 2018 et « Abyssinia at al-Azhar: Ethiopian students in 15th Century Cairo », en attente de soumission.

 Lamia Mellal  

Coordinatrice du programme HornEast  (IREMAM-AMU)

Titulaire d’un Master 2 en Histoire contemporaine du monde arabe à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamia Mellal est chargé de la coordination administrative et scientifique du programme HornEast.

Amélie Chekroun 

Chercheure CNRS 

Amélie Chekroun est historienne de l’Ethiopie, plus particulièrement des communautés musulmanes des 13e-16e siècles. Chargée de recherche au CNRS (IREMAM, UMR 7310), elle travaille sur le Kitāb al-ilmām bi-aḫbār man bi-arḍ al-Ḥabaša min mulūk al-Islām de al-Maqrîzî. Elle a soutenu un doctorat d’histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2013 qui portait sur l’étude du  Futūḥ al-Ḥabaša, récit du jihâd ayant opposé les armées du sultanat du Barr Sa’d al-Dîn et le royaume chrétien d’Ethiopie au cours de la première moitié du 16e siècle.

Deresse Ayeanachew Woldetsadik 

Post-doctorant du programme HornEast  

Deresse Ayeanachew Woldetsadik est professeur associé à l’Université de Debre Berhan (Éthiopie) et au Centre Français des Études Éthiopienne (CFEE) à Addis Abeba. Il a soutenu sa thèse de doctorat intitulée Le Kätäma : la cour et le camp en Ethiopie (XIVe-XVI siècle). Espace et Pouvoir, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2009.  Ses recherches portent sur l’histoire et l’archéologie de l’Éthiopie médiévale et particulièrement sur le mégalithisme au Moyen-âge ainsi que sur l’histoire du christianisme et de l’Islam médiéval. Il était doyen de l’école doctorale et responsable des masters à l’Université de Debre Berhan de 2011 à 2017. Il apporte sa collaboration dans plusieurs livres portant sur l’Éthiopie médiévale.

David Bramoullé

Maître de conférence à l’université Toulouse-Jean Jaurès. Laboratoire FRAMESPA. UMR 5136.

Spécialiste des Fatimides, je travaille notamment sur l’histoire économique et sociale ainsi que sur les interactions religieuses dans le monde fatimide. Mes recherches m’ont amené à m’intéresser aux développement des connexions commerciales entre l’Egypte et les autres territoires musulmans ou non, ainsi qu’à l’instrumentalisation des communautés religieuses pour servir à la fois les objectifs politico-idéologiques et commerciaux des Fatimides. Dans ce contexte les liens tissés avec l’Afrique subsaharienne constituent des axes de recherche privilégiés pour mieux comprendre le fonctionnement de cette dynastie ismaélienne.

François-Xavier Fauvelle

Directeur de recherche CNRS à l’université de Toulouse  Jean-Jaurès (laboratoire TRACES), professeur au Collège de France. 

Historien de l’Afrique, François-Xavier est l’auteur de plus d’une centaine d’articles scientifiques et d’une quinzaine d’ouvrages, notamment Histoire de l’Afrique du Sud (Le Seuil, 2006 ; « points Seuil » 2013), Le Rhinocéros d’or : histoires du Moyen Âge africain (Alma, 2013, Grand Prix du livre d’histoire ; « folio », 2014) ou encore Nelson Mandela : trois discours commentés (Alma, 2015). Son dernier livre est A la recherche du sauvage idéal (Le Seuil, 2017).

Il a dirigé, de 2006 à 2009, le Centre français d’études éthiopiennes (CFEE) à Addis Abeba et a conduit en Ethiopie de nombreuses missions archéologiques, en particulier sur les vestiges médiévaux des sociétés musulmanes et sur les sociétés païennes. Avec Bertrand Hirsch, il a dirigé Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen Âge : Etudes d’archéologie et d’histoire (Paris, De Boccard-CFEE, 2011) et, avec Bertrand Poissonnier, la monographie La Culture Shay d’Ethiopie. Archéologie et histoire d’une élite païenne (Paris, De Boccard-CFEE, 2012).

Giuseppe Cecere

Giuseppe Cecere est professeur associé de langue et littérature arabe à l’Université de Bologne dès 2014.

Docteur de recherche en études historiques et philologiques sur le Proche-Orient (Université de Florence, 2007), il a été chercheur associé  de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) du Caire, (section d’études arabes), de 2009 à 2014. En même temps, il a enseigné la langue  arabe et l’histoire des pays arabes dans plusieurs universités italiennes (Pise, Rome La Sapienza, Ravenna, Florence),  et il a été professeur invité à l’Université hébraïque de Jérusalem Israël en 2013-2014.

Spécialiste de l’histoire du soufisme (mystique musulmane), il s’intéresse principalement à  « l’insertion sociale » des soufis dans le contexte multiculturel et multi-religieux de l’Egypte médiévale, mais travaille aussi sur le soufisme dans l’Egypte moderne et contemporaine.

Marie-Laure Derat 

Directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167)

Historienne, spécialiste de l’Ethiopie à l’époque médiévale. Après avoir travaillé sur la dynastie salomonienne qui exerça le pouvoir sur le royaume chrétien d’Ethiopie à compter de 1270, j’ai orienté mes recherches sur la dynastie des saints-rois Zagwé (XIe-XIIIe siècle), en recherchant à la fois la documentation contemporaine de cette période (rédigée en ge’ez), en m’appuyant sur les vestiges et les traces archéologiques liées à leur règne, et en analysant les récits hagiographiques consacrés à ces saints-rois mais composés tardivement (à partir du XVe siècle). En lien avec ce travail sur la dynastie Zagwé, je coordonne depuis 2009, avec Claire Bosc-Tiessé, un programme de recherches historiques et archéologiques sur le site de Lalibela, avec le soutien de la commission des fouilles du ministère des affaires étrangères.

Martina Ambu 

Doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne en Histoire (2017-2020), mes recherches ont pour objet les relations entre les institutions monastiques éthiopienne et égyptienne du XIIIe au XVIe siècle. Mon étude porte sur la circulation des textes, des images et des moines entre ces deux pays à longue tradition chrétienne. A partir des corpus hagiographiques concernant les Pères du monachisme du IVe-Ve siècle, notamment Antoine le Grand et Macaire l’Égyptien, textes parvenus en Éthiopie à partir du XIIIe siècle, je m’intéresse à la circulation des moines éthiopiens dans les deux centres monastiques fondés par ces deux saints égyptiens, le monastère de Saint-Antoine près de la Mer Rouge et le complexe de Scété, connu aujourd’hui sous le nome de Wadi al-Natrun. La présence éthiopienne active dans ces centres ayant stimulé des échanges entre les deux communautés, je travaille sur la production et la copie de manuscrits éthiopiens en Égypte à la susdite période, et sur la fabrique d’images de tradition éthiopienne célébrant les Pères du Désert. Dans la dynamique des échanges culturels, ma recherche tentera d’examiner plus en profondeur le lien existant entre ces deux monastères qui connurent une forte présence éthiopienne et le choix du métropolite copte affecté en Éthiopie selon la tradition inaugurée au IVe siècle par saint Frumence et Athanase d’Alexandrie.

Robin Seignobos

Membre scientifique, Institut français d’archéologie orientale (section des études coptes et arabes)

Historien arabisant mes recherches conduites dans le cadre du doctorat (université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) ont d’abord porté sur les relations entre l’Égypte et la Nubie depuis la conquête arabo-musulmane (642) jusqu’à l’effondrement des royaumes chrétiens de Nubie vers la fin du XVe siècle. Tout en poursuivant mes travaux sur l’histoire de la Nubie médiévale, je mène depuis septembre 2017, en tant que membre scientifique de IFAO, un projet de recherche dédié à l’étude d’un corpus de traités d’époque mamelouke spécialement consacrés au Nil que j’aborde dans une perspective croisant histoire des textes et histoire culturelle. Dans le cadre du programme Horneast, je m’intéresse notamment à la question de la présence arabo-musulmane en Nubie et aux processus d’islamisation de la Moyenne Vallée du Nil ainsi qu’à la « diaspora » nubienne dans le monde musulman médiéval et plus particulièrement en Égypte.

Sobhi Bouderbala

Maître-assistant en Histoire médiévale à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis (Université de Tunis). Membre du laboratoire Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes (Université de Tunis) – Chercheur associé au laboratoire Islam médiéval (UMR 8167 – Orient & Méditerranée)

Spécialiste des premiers siècles de l’Islam, notamment en Égypte, mes recherches ont porté, dans un premier temps, sur l’organisation administrative du pays, par une lecture croisée des sources islamiques et de la documentation papyrologique. Je porte un intérêt de plus en plus prononcé à une histoire socio-culturelle des débuts de l’Islam, par l’étude d’institutions islamiques et leurs acteurs sociaux. Dans cette perspective, la production intellectuelle du milieu fusṭāṭien occupe une place de choix dans mes recherches. Enfin, les connexions de l’Égypte avec les autres régions de son monde (Cyrénaïque, Ifrīqiya, Bilād aš-Šām, Éthiopie) représentent une voie de recherche centrale pour mes projets futurs.

Shahista Refaat 

Shahista Refaat est l’une des doctorantes du projet HornEast sous la direction de Julien Loiseau. Sa thèse s’intitule :  L’esclavage des Éthiopiens au Moyen Âge d’après les sources arabes

Résumé  : Le commerce et l’emploi d’esclaves éthiopiens – femmes, hommes, eunuques – sont déjà attestés au Proche-Orient dans l’Antiquité tardive. Le développement de la traite à longue distance au Moyen Âge, dans le cadre du monde islamique, leur donne une ampleur sans précédent. L’origine éthiopienne des esclaves était en effet prisée pour certains usages et certaines fonctions sociales, parfois au plus près du souverain. Des affranchis d’origine éthiopienne ont ainsi pu accéder à de hautes positions dans le monde islamique médiéval. Mais l’emploi domestique d’esclaves éthiopiens était aussi très fréquent à un niveau plus ordinaire. La thèse aura pour objectif de documenter l’histoire des esclaves et affranchis éthiopiens dans ses différentes dimensions : juridique, économique, sociale, culturelle, politique et diplomatique.

Damien Labadie

Post-doctorant du programme HornEast, Damien Labadie est spécialiste de philologie des langues de l’Afrique orientale et membre du pôle « Histoire et islamologie : objets et pratiques » à l’IREMAM. 

Domaines de recherche

  • Civilisations et littératures de l’Orient chrétien
  • Philologie des langues anciennes de l’Afrique orientale (arabe, copte, guèze, vieux-nubien)
  • Littérature chrétienne ancienne (patristique, liturgique et apocryphe)
  • Histoire proto-byzantine
  • Histoire du culte des saints dans l’Antiquité et le Moyen Âge
  • Histoire du judaïsme du Second Temple

Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages