Recherches archéologiques sur le royaume de Gonja (Ghana) par Denis Genequand (directeur du site et musée romains d’Avenches).

Formé au 16e siècle dans la partie nord de l’actuel Ghana, dans la zone de confluences des rivières Volta, le royaume ou état de Gonja s’est maintenu jusqu’au 19e siècle. Son histoire est connue par une série de sources textuelles rédigées localement en arabe à partir du 18e siècle et par des traditions orales, mais il n’a fait l’objet que de rares études archéologiques entre la fin des année 1960 et le début des années 1980. L’islamisation progressive de la région semble être concomitante de l’expansion du royaume par une série de conquêtes, mais ses modalités restent du domaine de l’Hypothèse et, surtout, des points d’ancrage chronologiques précis manquent encore. Depuis 2015, un projet archéologique étudie à la fois le royaume de Gonja et la question de l’islamisation et des lieux de culte musulmans du nord du Ghana. Denis Genequand, son directeur, viendra présenter les résultats de ces enquêtes vendredi 2 octobre 2020 dans le cadre du séminaire d’équipe du projet ERC HornEast (Aix-en-Provence, MMSH, salle Germaine Tillon, 9h-11h).

Apocrypha nubica n°3 : Le texte vieux-nubien de la Croix

Attesté par le manuscrit Berlin Staatsbibliothek Or. Quart 1020 (de Serra Est, datant du Xe-XIe s.), le texte de la Croix (Texte-Stauros) est un des mieux préservés du corpus littéraire vieux-nubien. Il est composé de deux parties. La première est un discours de Jésus aux apôtres concernant la parousie, discours qui est placé avant l’ascension. Le texte commence ainsi : « Il arriva un jour, tandis que notre Sauveur était assis sur le mont des Oliviers, alors qu’il restait quarante jours avant son ascension aux cieux, et que nous, les apôtres, venions de nous réunir autour de lui, il nous révéla un mystère indicible au sujet des choses célestes et des choses terrestres, du jugement des morts et des vivants après qu’il les aura suscités (?), et de la résurrection des morts. » Ensuite Pierre pose une question à Jésus : « Pour quelle raison, quand tu jugeras dans la justice, viendras-tu en ayant avec toi le signe de la Croix glorieuse ? » Jésus répond que, lors du jugement dernier, il sera assis sur un trône de gloire, tenant la Croix dans la main droite, dans la vallée de Josaphat. Les racines de la Croix irrigueront la terre et ses branches couvriront un tiers de la terre. À la fin du jugement, la Croix montera au ciel. Tous ceux qui auront cru et jugés favorablement, monteront et suivront la Croix au ciel. Le discours se clôt ainsi. La deuxième partie est un discours, sous la forme d’une litanie doxologique en l’honneur de la Croix. Ce bref sermon n’est pas de Jésus mais du narrateur. Le narrateur déclare ainsi : la Croix est la résurrection des morts, la Croix est l’espoir des chrétiens, la Croix est l’exultation des apôtres, la Croix est la sauvegarde du monde, la Croix est le bienfait des pauvres, la Croix est un scandale pour les païens, etc.

La première partie de ce texte est connue par un parallèle conservé en copte sahidique et transmis dans le codex de Qasr el-Wizz (Assouan Special Number 168), découvert en 1965, au nord de Faras. Pour la seconde partie, on en connaît un parallèle très proche, mais pas identique. Il s’agit de la version vieux-nubienne du sermon In venerabilem crucem du pseudo-Chrysostome. Cette version nubienne a été retrouvée dans un manuscrit de Serra Est, en 1963-1964 par l’Oriental Institute de l’université de Chicago, lors de fouilles au Soudan. Ce sermon  est connu en grec, mais aussi en latin, syriaque, arabe, arménien, slavon et guèze. La deuxième partie du Texte-Stauros est un remaniement et abrègement de la version vieux-nubienne, attestée en intégralité, de l’homélie pseudo-chrysotomienne In venerabilem crucem.

Le Texte-Saturos, qui associe un discours apocalyptique du sauveur et une hymne à la Croix est très proche, dans sa structure et ses thèmes, d’un texte copte récemment réédité et finement commenté par Alin Suciu, qu’il intitule l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, connu précédemment sous le nom d’Évangile du Sauveur. Ce texte met en scène un dialogue apocryphe, placé avant la Passion, entre Jésus et les apôtres. Au cours du récit, Jésus-Christ se met à déclamer une hymne à la Croix, tandis que les apôtres dansent autour de cette dernière. Ensuite, le Christ reprend et termine son discours de révélation.

Le texte vieux-nubien de la Croix, à l’instar de l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, relève indéniablement du genre du mémoire apostolique, car il en présente certains traits, comme le discours de Jésus sur les monts des Oliviers et l’usage du « nous » apostolique. L’existence d’une version vieux-nubienne d’un tel texte atteste l’importante diffusion, depuis l’Égypte jusqu’en Nubie, des œuvres ressortissant au genre du mémoire apostolique à l’époque médiévale.

Manuscrits islamiques de la Corne de l’Afrique conservés à Berlin :

Deux institutions berlinoises conservent de nombreux manuscrits islamiques de la Corne de l’Afrique. Plusieurs se trouvent ainsi dans les archives de l’orientaliste allemand de la première moitié du xxe siècle, Hans Schlobies, à la Berlin-Brandenburgischen Akademie der Wissenschaften (BBAW). Ces manuscrits ont été collectés ou copiés par ce chercheur à Harar et à Addis Abeba dans les années 1920. Dans les années 1990, Ewald Wagner, spécialiste de la littérature de Harar, a, lui, déposé de nombreux manuscrits islamiques à la Staatsbibliothek zu Berlin. Il les avait pour la plupart acquis dans les années 1960 ou 1970 à Harar ; certains avaient été copiés à sa demande par des lettrés de la ville.

Ces deux fonds de manuscrits ont été catalogués par Ewald Wagner en 1997. Je propose ci-dessous une nouvelle description de certains de ces manuscrits conservés à Berlin. J’ai pu aller les consulter en octobre 2019 grâce à un financement du projet ERC HornEast. Je me suis concentrée sur les manuscrits contenant des textes historiographiques. Certains avaient déjà été édités et traduits en 1931 par Enrico Cerulli, à partir d’autres manuscrits.

Deuxième campagne de fouilles sur le site de Kwiha Kirkos

En décembre 2018, parallèlement à la première campagne de fouilles sur le cimetière musulman médiéval de Bilet (Kwiha, Tigray, Ethiopie), un petit sondage avait été réalisé sur la pente orientale du tell de Kirkos au nord de Kwiha près de Mekelle, à l’endroit où plusieurs murs affleuraient. La fouille avait partiellement mis au jour les vestiges bien conservés d’un bâtiment à saillants et ressauts évoquant une architecture de type aksumite. 

Vestiges monumentaux mis au jour en 2018 (Mission Bilet 2018)
Vestiges monumentaux mis au jour en 2018 (Mission Bilet 2018)

La campagne de fouille menée du 25 novembre au 20 décembre 2019 a eu pour objectif d’étendre ce sondage et d’ouvrir deux fenêtres supplémentaires afin de recueillir davantage d’informations sur la séquence d’occupation du tell, de caractériser les contextes et d’obtenir du matériel datant. L’un des principaux enjeux dans le cadre du projet ERC HornEast consiste à identifier des niveaux et des structures attestant d’un habitat contemporain du cimetière (Xe-XIIIe siècle).

Continuer la lecture de Deuxième campagne de fouilles sur le site de Kwiha Kirkos

Nafisa Valieva

Post-doctorante du programme HornEast, Nafisa Valieva est originaire du Kirghizistan. En 2019, elle obtient sa thèse portant sur sur la Vie de saint Lalibela (étude de la production manuscrite, histoire du texte, principes d’édition) à l’Université de Hambourg au sein du SFB 950 Manuskriptkulturen in Asien, Afrika und Europa (CSMC) et du Hiob Ludolf Centre for Ethiopian Studies (HLZ). Spécialiste des langues de l’Orient chrétien, elle fait sa formation en philologie à l’Université Saint-Tikhon de Moscou (Russie). Plus généralement, Nafisa Valievan s’intéresse à la production de manuscrits en Éthiopie et Érythrée.

prochaine séance du séminaire horneast le 31 mars 2020 avec Jan Dochhorn (université de Durham)

Lors de la prochaine séance du séminaire HornEast intitulé « textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge » coordonné par Damien Labadie et Martina Ambu, nous aurons le plaisir d’écouter la communication de Jan Dochhorn (université de Durham) : « Mashafa Malâekt: Editing the Text and Searching for Backgrounds ». La séance se déroulera le mardi 31 mars 2020  de 14h à 16h à l’IREMAM, salle André Raymond. 

Apocrypha nubica n°2 : Le In quattuor animalia du pseudo-Chrysostome

Le In quattuor animalia du pseudo-Chrysostome est un texte connu en copte sahidique, arabe, guèze et vieux-nubien. Dans ce sermon pseudépigraphique, l’auteur, qui prétend être Jean Chrysostome lui-même, narre de quelle façon il aurait trouvé à Jérusalem, dans la maison de Marie, mère de l’apôtre Jean, un livre contenant des révélations de Jésus à propos des quatre animaux incorporels. Ces quatre animaux incorporels sont les quatre entités qui portent le char divin dans la vision décrite dans le premier chapitre du livre d’Ézéchiel. À l’instar d’autres textes relevant du genre de mémoire apostolique (voir https://horneast.hypotheses.org/1095), le In quattuor animalia se présente comme un texte de révélation de Jésus, qui divulgue des mystères au sujet de ces quatre créatures, mais également au sujet de l’archange Michel.

La version vieux-nubienne de cette oeuvre est conservée dans un manuscrit de Serra est, en Nobadie, datant des 11e-12e siècles. Le manuscrit consiste en un seul folio, lacunaire (voir image ci-dessous). L’extrait conservé dans le manuscrit nubien contient un passage citant un prétendu mémoire apostolique. Des fragments coptes de cette même homélie ont été retrouvés à Qasr Ibrim, au nord de Serra est, ce qui atteste la diffusion assez importante de cette œuvre en Nubie à l’époque médiévale.

Découverte de nouvelleS stÈLES FUNÉRAIRES EN ÉTHIOPIE PAR L’ÉQUIPE HORNEAST

L’équipe d’historiens et d’archéologues de l’ERC HornEast est actuellement en mission en Éthiopie. Ce reportage réalisé par le CNRS Journal et Le Monde, retrace le début de cette mission. 

“Une équipe d’historiens et d’archéologues a enfin trouvé des sources permettant de retracer l’histoire oubliée du Moyen Âge éthiopien. Partez, dans ce reportage, à la recherche de stèles funéraires musulmanes qui se retrouvent, contre toute attente, au cœur de ce qui était le centre du christianisme éthiopien du Xe au XIIIe siècle”.

Prochaine séance du séminaire horneast le 11 février 2020

Lors de la prochaine séance du séminaire HornEast intitulé « textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge » coordonné par Damien Labadie et Martina Ambu, nous aurons le plaisir d’écouter la communication de Damien Labadie : « Le mémoire apostolique copte et ses versions vieux-nubiennes ». La séance se déroulera le  mardi 11 février de 14h à 16h à l’IREMAM, salle André Raymond. 

Séminaire Horneast : communication de Martina Ambu le 21 janvier 2020

Pour la première session du séminaire de l’ERC Horneast, intitulé  D’Alexandrie à l’Abyssinie : textes, images et objets entre l’Egypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge , nous aurons le plaisir de recevoir Martina Ambu, doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Elle donnera une communication sur le thème suivant : « Circulation et vénération des saints :  le cas de Taklâ Haymânût al-Habashî ».

La session aura lieu le 21 janvier 2019, à 14 heures, salle André Raymond.

Madeleine Schneider (1925-2018)

Madeleine Schneider, éminente spécialiste d’épigraphie arabe et pionnière des études arabes sur la Corne de l’Afrique, est décédée le 8 juillet 2018 à La Verrière. Née à Alger le 16 mars 1925, elle publie en 1983 le corpus des Stèles funéraires musulmanes des îles Dahlak, mer Rouge (Le Caire, IFAO, 2 vols) et plusieurs articles consacrés aux stèles funéraires musulmanes d’Éthiopie. Ses travaux ont ouvert la voie aux recherches que conduit aujourd’hui l’équipe du projet HornEast.

En téléchargement ici :

La biographie de Madeleine Schneider

Publications de Madeleine Schneider

Séminaire Horneast

Dans le cadre du projet ERC Horneast est lancé un séminaire intitulé « textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge « ,  coordonné par Damien Labadie et Martina Ambu. 
 
Ce séminaire sera consacré à l’étude de la circulation des textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne (Nubie et Éthiopie) durant le Moyen Âge (viie-xve s.). En prenant pour objets d’étude les productions littéraires, iconographiques et matérielles qui circulèrent et se diffusèrent entre les chrétiens d’Égypte, de Nubie et d’Éthiopie à l’époque médiévale.
 
Ce séminaire mensuel, hébergé par l’IREMAM à Aix-en-Provence, débutera en janvier 2020 et s’achèvera en juin 2021. L’ensemble des communications données dans le cadre de ce séminaire seront publiées dans un volume collectif.
 
Vous trouverez ci-dessous le calendrier provisoire des interventions. Nous préciserons au fur et à mesure, les titres des communications :
 
21 janvier : Martina Ambu
11 février : Damien Labadie
31 mars : Jan Dochhorn
28 avril : Olivia Adankpo-Labadie
19 mai : Alice Croq et Andreas Ellwardt
30 juin : Artur Obłuski
 

Continuer la lecture de Séminaire Horneast

Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search