Séminaire Horneast : communication de Martina Ambu le 21 janvier 2019

Pour la première session du séminaire de l’ERC Horneast, intitulé « D’Alexandrie à l’Abyssinie : textes, images et objets entre l’Egypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge », nous aurons le plaisir d’inviter Martina Ambu, doctorante à Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Elle donnera une communication sur le thème suivant : « Circulation et vénération des saints :  le cas de Taklâ Haymânût al-Habashî ».

La session aura lieu le 21 janvier 2019, à 14 heures, dans la salle André Raymond.

Découverte de nouvelleS stÈLES FUNÉRAIRES EN ÉTHIOPIE PAR L’ÉQUIPE HORNEAST

L’équipe d’historiens et d’archéologues de l’ERC HornEast est actuellement en mission en Éthiopie. Ce reportage réalisé par le CNRS Journal et Le Monde, retrace le début de cette mission. 

“Une équipe d’historiens et d’archéologues a enfin trouvé des sources permettant de retracer l’histoire oubliée du Moyen Âge éthiopien. Partez, dans ce reportage, à la recherche de stèles funéraires musulmanes qui se retrouvent, contre toute attente, au cœur de ce qui était le centre du christianisme éthiopien du Xe au XIIIe siècle”.

Madeleine Schneider (1925-2018)

Madeleine Schneider, éminente spécialiste d’épigraphie arabe et pionnière des études arabes sur la Corne de l’Afrique, est décédée le 8 juillet 2018 à La Verrière. Née à Alger le 16 mars 1925, elle publie en 1983 le corpus des Stèles funéraires musulmanes des îles Dahlak, mer Rouge (Le Caire, IFAO, 2 vols) et plusieurs articles consacrés aux stèles funéraires musulmanes d’Éthiopie. Ses travaux ont ouvert la voie aux recherches que conduit aujourd’hui l’équipe du projet HornEast.

En téléchargement ici :

La biographie de Madeleine Schneider

Publications de Madeleine Schneider

Séminaire Horneast « D’Alexandrie à l’Abyssinie »

Dans le cadre du projet ERC Horneast est lancé un séminaire intitulé « D’Alexandrie à l’Abyssinie : textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge » coordonné par Damien Labadie et Martina Ambu. 
 
Ce séminaire sera consacré à l’étude de la circulation des textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne (Nubie et Éthiopie) durant le Moyen Âge (viie-xve s.). En prenant pour objets d’étude les productions littéraires, iconographiques et matérielles qui circulèrent et se diffusèrent entre les chrétiens d’Égypte, de Nubie et d’Éthiopie à l’époque médiévale.
 
Ce séminaire mensuel, hébergé par l’IREMAM à Aix-en-Provence, débutera en janvier 2020 et s’achèvera en juin 2021. L’ensemble des communications données dans le cadre de ce séminaire seront publiées dans un volume collectif.
 
Vous trouverez ci-dessous le calendrier provisoire des interventions. Nous préciserons au fur et à mesure, les titres des communications :
 
21 janvier : Martina Ambu
11 février : Damien Labadie
31 mars : Jan Dochhorn
28 avril : Olivia Adankpo-Labadie
19 mai : Alice Croq et Andreas Ellwardt
30 juin : Artur Obłuski
 

Continuer la lecture de Séminaire Horneast « D’Alexandrie à l’Abyssinie »

APPEL À CANDIDATURE POUR UN CONTRAT DOCTORAL

Le projet ERC Consolidator Grant HornEast. Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages (P.I. Julien Loiseau) propose un contrat doctoral d’une durée de 36 mois.

DATE LIMITE de candidature : 28 juillet 2019
Période du 1er octobre 2019 au 31 septembre 2022 (36 mois)
Dossier à envoyer à : mellal@mmsh.univ-aix.fr

David Bramoulé et Julien Loiseau à la Red Sea Conference 9 (Lyon, 2-5 juillet)

David Bramoulé (Université Toulouse Jean-Jaurès, FRAMESPA) et Julien Loiseau (Aix-Marseille Université, IREMAM) ont participé à la Red Sea Conference 9, colloque international réunissant tous les deux ans historiens et archéologues spécialistes des pays du bassin de la mer Rouge aux époques antique et médiévale, organisé cette année à Lyon du 2 au 5 juillet. Le résumé de leur communication est accessible par ce lien.

Apocrypha nubica n°1 : Brève présentation et inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens

Le corpus littéraire vieux-nubien, assez restreint, comprend des textes de nature exclusivement religieuse : on y trouve des lectionnaires (incluant des passages de l’Ancien et du Nouveau Testament), des textes patristiques, des canons conciliaires, des symboles de foi, des textes hagiographiques et aussi des textes apocryphes. 
 
Le corpus apocryphe vieux-nubien est représenté par quatre textes fragmentaires, conservés dans cinq manuscrits distincts datables d’une période s’échelonnant, approximativement, du Xe au XIIe siècle.
 
Il est à noter que tous ces textes relèvent d’un même genre, celui du mémoire apostolique, qui fut en vogue en Égypte à partir des Ve et VIe siècles, dans le sillage des controverses nées lors du concile de Chalcédoine de 451. Ce genre se caractérise par un discours de révélation que Jésus adresse aux apôtres. Les apôtres, qui parlent à la première personne du pluriel, prétendent avoir mis par écrit ce dialogue sous la forme d’un mémoire et l’avoir déposé dans une bibliothèque de Jérusalem. Souvent, ce mémoire est retranscrit dans un sermon pseudo-patristique prononcé lors d’une une fête liturgique ; l’auteur prétend ainsi avoir retrouvé ce mémoire à Jérusalem et il le cite in extenso dans son homélie. Ces mémoires des apôtres traitent de différents sujets : l’intronisation de figures angéliques (Michel, Gabriel, Abbaton) ; des récits au sujet des personnages du Nouveau Testament, tels la famille de Jésus, Gamaliel ou Pilate ; des épisodes de la vie de Jésus comme sa naissance, sa crucifixion et sa résurrection. 
 
Il est remarquable que ce genre copte tardo-antique fut particulièrement florissant dans la Nubie médiévale ; les traductions du copte en vieux-nubien de certains de ces textes attestent les fortes connexions intellectuelles, religieuses et littéraires que l’Égypte et la Nubie ont entretenues tout au long de la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge. Une des raisons de ce succès réside peut-être dans la place que ces textes accordent à la figure de l’archange Michel, chef des armées célestes, au sujet duquel Jésus divulgue des révélations à destination des apôtres. Or, comme le culte de Michel était particulièrement vivace dans la Nubie médiévale (en témoignent les fresques de la cathédrale de Faras), on peut supposer que ces textes, traduits en nubien, connurent un engouement manifeste dans un contexte où l’archange jouissait déjà d’une popularité certaine. 
 
Nous proposons en document téléchargeable un inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens connus à ce jour, ainsi qu’une bibliographie. Des éditions, traductions et études sont signalées pour chacun de ces textes. 
 
Ceci est le premier billet d’une série consacrée aux apocryphes vieux-nubiens. Les billets suivants présenteront un commentaire et une traduction de chacun des textes apocryphes vieux-nubiens que nous avons répertoriés.
 

Participation des membres du programme Horneast au colloque « CROSSING BOUNDARIES? ​TRADE AND CONNECTIONS ON THE MEDIEVAL MEDITERRANEAN », Cambridge 10-12 avril 2019

Lors du colloque Crossing boundaries : trade and connections on the Medieval Mediterannean, qui s’est tenu à l’université de Cambridge du 10 au 12 avril 2019, Julien Loiseau et Robin Seignobos ont présenté deux communications :

  1. Loiseau, « Beyond Egypt’s Boundaries. Trade and Connections between the Horn of Africa and the Mediterranean in the 15th Century”
  2. Seignobos, “Assessing the Nubian diaspora: slaves, concubines and eunuchs from the Middle Nile Valley in Egypt and the wider Mediterranean World (9th-13th cent.)”

Signalons également la communication de Verena Krebs (Ruhr-Universität Bochum) dont le propos rejoignait certaines problématiques du programme : “Venetian-Ethiopian Relations in the Very Early 15th Century ».

Pour plus d’information sur cet évènement : https://crossingboundariesinthemed.weebly.com/

Quelques éléments d’astronomie iranienne dans un manuscrit éthiopien

Le manuscrit Vatican arabe 1792 fut découvert par l’orientaliste  E. Cerulli lors d’un séjour à Harar, en Ethiopie, en 1936  (au sujet de ce manuscrit, voir le billet suivant : https://horneast.hypotheses.org/973). Ce manuscrit, composé essentiellement d’opuscules astronomiques, de calendriers et de tables de comput, contient également quelques textes historiques relatifs à l’islam éthiopien, notamment le Ḏikr al-tawārīḫ, une chronique relatant les guerres des sultanats de la région du Šawā entre les onzième et treizième siècles. Parmi les textes astronomiques du manuscrit figure, au feuillet 46r, un texte insolite. Il s’agit d’une liste bilingue arabe-persan des sept planètes (soleil, Vénus, Mercure, lune, Saturne, Mars et Jupiter). Cette liste est accompagnée de quelques commentaires mais aussi des variantes arabes maghrébines pour les noms de trois planètes. Hormis quelques inexactitudes, l’auteur de la liste retranscrit fidèlement les formes persanes et les fait correspondre correctement aux formes arabes. Ainsi, si l’Ethiopie, au cours du Moyen Âge, a entretenu de constantes relations avec le Proche-Orient arabe, ce court texte témoigne aussi de l’existence de connexions entre la Corne de l’Afrique et le monde iranien.

Première campagne de fouilles à Bilet (Tigray, Éthiopie). Compte rendu de la mission de décembre 2018.

En décembre 2018, Julien Loiseau a dirigé la première mission archéologique sur le site islamique médiéval de Bilet, dans le Tigray oriental (Éthiopie). Cette campagne de trois semaines a permis de mettre au jour le cimetière de Bilet et de mieux comprendre son environnement médiéval. 

Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages