Publication HornEast

Damien LABADIE (IREMAM, ERC HornEast)

Apocrypha nubica n°1 : brève présentation et inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens

Le corpus littéraire vieux-nubien, assez restreint, comprend des textes de nature exclusivement religieuse : on y trouve des lectionnaires (incluant des passages de l’Ancien et du Nouveau Testament), des textes patristiques, des canons conciliaires, des symboles de foi, des textes hagiographiques et aussi des textes apocryphes. 
 
Le corpus apocryphe vieux-nubien est représenté par quatre textes fragmentaires, conservés dans cinq manuscrits distincts datables d’une période s’échelonnant, approximativement, du Xe au XIIe siècle.
 
Il est à noter que tous ces textes relèvent d’un même genre, celui du mémoire apostolique, qui fut en vogue en Égypte à partir des Ve et VIe siècles, dans le sillage des controverses nées lors du concile de Chalcédoine de 451. Ce genre se caractérise par un discours de révélation que Jésus adresse aux apôtres. Les apôtres, qui parlent à la première personne du pluriel, prétendent avoir mis par écrit ce dialogue sous la forme d’un mémoire et l’avoir déposé dans une bibliothèque de Jérusalem. Souvent, ce mémoire est retranscrit dans un sermon pseudo-patristique prononcé lors d’une une fête liturgique ; l’auteur prétend ainsi avoir retrouvé ce mémoire à Jérusalem et il le cite in extenso dans son homélie. Ces mémoires des apôtres traitent de différents sujets : l’intronisation de figures angéliques (Michel, Gabriel, Abbaton) ; des récits au sujet des personnages du Nouveau Testament, tels la famille de Jésus, Gamaliel ou Pilate ; des épisodes de la vie de Jésus comme sa naissance, sa crucifixion et sa résurrection. 
 
Il est remarquable que ce genre copte tardo-antique fut particulièrement florissant dans la Nubie médiévale ; les traductions du copte en vieux-nubien de certains de ces textes attestent les fortes connexions intellectuelles, religieuses et littéraires que l’Égypte et la Nubie ont entretenues tout au long de la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge. Une des raisons de ce succès réside peut-être dans la place que ces textes accordent à la figure de l’archange Michel, chef des armées célestes, au sujet duquel Jésus divulgue des révélations à destination des apôtres. Or, comme le culte de Michel était particulièrement vivace dans la Nubie médiévale (en témoignent les fresques de la cathédrale de Faras), on peut supposer que ces textes, traduits en nubien, connurent un engouement manifeste dans un contexte où l’archange jouissait déjà d’une popularité certaine. 
 
Nous proposons en document téléchargeable un inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens connus à ce jour, ainsi qu’une bibliographie. Des éditions, traductions et études sont signalées pour chacun de ces textes. 
 
Ceci est le premier billet d’une série consacrée aux apocryphes vieux-nubiens. Les billets suivants présenteront un commentaire et une traduction de chacun des textes apocryphes vieux-nubiens que nous avons répertoriés.
 

Damien LABADIE (IREMAM, ERC HornEast)

Quelques éléments d’astronomie iranienne dans un manuscrit éthiopien 

Le manuscrit Vatican arabe 1792 fut découvert par l’orientaliste  E. Cerulli lors d’un séjour à Harar, en Ethiopie, en 1936  (au sujet de ce manuscrit, voir le billet suivant : https://horneast.hypotheses.org/973). Ce manuscrit, composé essentiellement d’opuscules astronomiques, de calendriers et de tables de comput, contient également quelques textes historiques relatifs à l’islam éthiopien, notamment le Ḏikr al-tawārīḫ, une chronique relatant les guerres des sultanats de la région du Šawā entre les onzième et treizième siècles. Parmi les textes astronomiques du manuscrit figure, au feuillet 46r, un texte insolite. Il s’agit d’une liste bilingue arabe-persan des sept planètes (soleil, Vénus, Mercure, lune, Saturne, Mars et Jupiter). Cette liste est accompagnée de quelques commentaires mais aussi des variantes arabes maghrébines pour les noms de trois planètes. Hormis quelques inexactitudes, l’auteur de la liste retranscrit fidèlement les formes persanes et les fait correspondre correctement aux formes arabes. Ainsi, si l’Ethiopie, au cours du Moyen Âge, a entretenu de constantes relations avec le Proche-Orient arabe, ce court texte témoigne aussi de l’existence de connexions entre la Corne de l’Afrique et le monde iranien.

Damien LABADIE (IREMAM, ERC HornEast) 

Le manuscrit “Cerrulli” vatican arabe 1792 

C’est grâce à Alessandro Gori que nous devons la redécouverte récente d’un des témoins manuscrits les plus importants pour l’histoire de l’islam médiéval éthiopien, le manuscrit Vatican arabe 1792. Enrico Cerulli, qui découvrit et acquit le manuscrit en 1936 lors d’un séjour à Harar, en fit don à la Bibliothèque vaticane avant sa mort. L’orientaliste italien en publia notamment, à partir des feuillets 12v-13r, un texte connu sous le nom de Chronique du Šawā, qui narre l’avènement et les conflits des premiers sultanats musulmans de la région du Šawā entre le XIe et le XIIIe siècles. En raison de la découverte d’Alessandro Gori et de l’importance de ce texte pour l’histoire de l’islam éthiopien, une nouvelle édition s’imposait. C’est ainsi que, dans le cadre du projet HornEast, Damien Labadie entreprend, sur la base du Vatican arabe 1792, une nouvelle édition de la Chronique du Šawā, ainsi qu’une traduction française et l’élaboration d’un index thématique complet.

Le manuscrit est consultable en ligne sur le site de la Bibliothèque vaticane : https://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.ar.1792

 

Julien LOISEAU  (Aix-Marseille Université, IREMAM, ERC HornEast

Two Arabic inscriptions from Bilet (Eastern Tigray, Ethiopia)

The Office for Tourism and Culture in Tigray (Mekelle, Ethiopia) preserves in its museum two fragments of Arabic stelae. These basalt stones belong to the corpus of Bilet, a Muslim cemetery in Tigray, from which 15 inscriptions have been already published and 21 stelae recently found in survey by the Franco-Ethiopian mission of Bilet. These two fragments are of unequal importance. The main one bears the oldest Arabic inscription from Ethiopia known to date.

Download the article in pdf 

 

Bertrand HIRSCH (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, projet ERC HornEast)

À la recherche des stèles musulmanes de l’Enderta. Les sites de Wager Hariba et Kwiha

L’étude des sites de Wager Hariba et Kwiha où ont été découvertes des stèles funéraires épigraphiées en langue arabe a une longue histoire. C’est cette histoire que je souhaite retracer, en notant toutes les indications – en particulier topographiques – utiles pour le terrain, et en essayant de montrer combien ce site a été transformé depuis deux siècles.

Pour télécharger l’article en pdf 

 

Horn & Crescent. Connections, Mobility and Exchange between the Horn of Africa and the Middle East in the Middle Ages