Archives de catégorie : Billets

Exposition Sur les traces du passé du Tigray (Ethiopie) à la MMSH (Aix-en-Provence)

Le projet ERC HornEast présente ses travaux archéologiques en Ethiopie avec une exposition photographique grand public : “Sur les traces du passé du Tigray (Ethiopie) : une archéologie de l’islam médiéval en pays chrétien”. Retraçant deux années de campagnes archéologiques en Ethiopie en 2018 et 2019, l’exposition présente la démarche du projet ERC HornEast en trois volets : Prospecter, Fouiller, Vivre avec les traces du passé. Inaugurée pour la fête de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) le 4 octobre, l’exposition sera présentée dans le cadre de la Fête de la science les 8 et 9 octobre et pourra être visitée tout au long du mois d’octobre 2021. Lieu : MMSH, Bâtiment C, 5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence.

https://www.fetedelascience.fr/sur-les-traces-du-passe-du-tigray-ethiopie

SÉMINAIRE HORNEAST le mardi 15 juin 2021, de 10h30 à 12h00 (heure de Paris)

La prochaine session du séminaire HornEast, Textes, images et objets entre l’Egypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge, aura lieu le mardi 15 juin 2021, de 10h30 à 12h00 (heure de Paris). 
 
Notre intervenant sera Artur Obłuski (page Université de Varsovie), qui présentera une communication intitulée “Next to the cradle or far away.  What was the relation between Nubian and Egyptian monastic movements?”
 
La session aura lieu en ligne, par Zoom. Le lien pour accéder à la réunion est le suivant : 
 
ID de réunion : 912 6346 5625
Code secret : 125717
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter les organisateurs du séminaire : Damien Labadie (damien.labadie@cnrs.fr) ou Martina Ambu (martina.ambu91@gmail.com)
 

SÉMINAIRE HORNEAST 1er juin 2021 14h-17h30 (heure de paris)

La prochaine séance du séminaire HornEast, Textes, images et objets entre l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge, se tiendra le 1er juin 2021, de 14h à 17h30 (heure de Paris). 
 
Nos trois intervenants seront Nafisa Valieva (page Iremam), Daria Elagina (page HLCEES) et Magdalena Wozniak (page Université de Varsovie). Le programme de l’après-midi sera le suivant : 
 
14h-14h45
Magdalena Wozniak, « Les relations entre Égypte et Nubie médiévale par le prisme des textiles : diplomatie, commerce, costume des élites »
14h45-15h00 
Questions et discussion
 
15h-15h45
Nafisa Valieva, « Ascension of Lālibalā: textual analysis of the unedited part of the Life of Lālibalā »
15h45-16h00
Questions et discussion
 
16h00-16h30
Pause
 
16h30-17h15
Daria Elagina, « Case Study of Knowledge Transmission: Translation of the Chronicle of John of Nikiu to Ethiopic »
17h15-17h30
Questions et discussion
 
La séance aura lieu en visioconférence, par Zoom, et sera accessible par le lien suivant :  https://univ-amu-fr.zoom.us/j/95392718556?pwd=blEyY0VPN2VhWnFSblNNWkgxdU5IQT09 (ID de réunion : 953 9271 8556 / code secret : 167172)
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter les organisateurs du séminaire : Damien Labadie (damien.labadie@cnrs.fr) ou Martina Ambu (martina.ambu91@gmail.com)

Séminaire HornEast 20 avril 2021

La prochaine séance du séminaire HornEast, Textes, images et objets entre  l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge, se tiendra le 20 avril 2021, de 10h à 12h30 (heure de Paris). 
 
Nos deux intervenants seront Alexandros Tsakos (page Academia) et Vincent van Gerven Oei (site personnel). Le programme de la matinée sera le suivant : 
 
10h-10h45
Alexandros Tsakos, « Religious Literacy in Christian Nubia »
 
10h45-11h00 
Questions et discussion
 
11h00-11h15 
Pause
 
11h15-12h00
Vincent van Gerven Oei, « Translation Traditions in Makuria »
 
12h00-12h15
Questions et discussion
 
La séance aura lieu en visioconférence, par Zoom, et sera accessible par le lien suivant : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/93916032795?pwd=c2dNZ0NLQlVINUI2RXhWYkVNRkJMUT09 (ID de réunion : 939 1603 2795 / code secret : 659314)
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter les organisateurs du séminaire : Damien Labadie (damien.labadie@cnrs.fr) ou Martina Ambu (martina.ambu91@gmail.com)

 

Chrétiens et musulmans dans la vallée du Nil au Moyen Âge. Julien Loiseau & Robin Seignobos.

Les conférences Midan Mounira

Le lundi 22 mars 2021 à 17h (heure française) – 18h00 (heure du Caire), YouTube Ifao

 
مسيحيو و مسلمو وادي النيل في العصور الوسطى

Julien Loiseau & Robin Seignobos

Partenaire(s) de l’Ifao : IFE, CEDEJ et l’Idéo

Langue : français avec traduction simultanée vers le arabe.

La conférence Midan Mounira du mois de mars 2021 vous est proposée par l’Ifao à distance sur la chaîne Youtube de l’Institut. Elle sera donnée par Julien Loiseau, professeur d’histoire du monde islamique médiéval à Aix-Marseille Université, et Robin Seignobos, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon-2 sous forme d’un panel animé par Frédéric Abécassis. Ils présenteront au cours de cette conférence le numéro 79 de la revue Médiévales qui vient de paraître sous le titre Pouvoirs chrétiens et musulmans (XIe-XVe siècle).

محاضرة شهر مارس ٢٠٢١ من سلسلة محاضرات ميدان المنيرة يقدمها لكم المعهد الفرنسي للآثار الشرقية عن بعد على قناة اليوتيوب الخاصة بالمعهد. يلقياها جوليان لوازو، أستاذ تاريخ العالم الإسلامي في القرون الوسطى بجامعة إيكس مرسيليا، وروبان سنيوبوس، المحاضر بجامعة لوميير ليون ٢ في شكل مناقشة يديرها فريديريك أبيكاسيس. سيقوما خلال هذه المحاضرة بتقديم العدد ٧٩ من المجلة العلمية « ميديڤال » التي ظهرت للتو تحت عنوان القوى المسيحية والإسلامية من القرون الحادي عشر الى الخامس عشر.

La conférence sera diffusée en ligne sur la chaîne YouTube de l’Ifao, en français avec des sous-titres en arabe et sera suivie d’un échange avec public avec traduction. Si vous souhaitez participer à cet échange et poser vos questions aux intervenants rejoignez la discussion sur Zoom après la fin de la diffusion en suivant ce lien.

سيتم بث المحاضرة عبر الإنترنت على قناة المعهد على يوتيوب باللغة الفرنسية مع ترجمة نصية للغة العربية، وسيتبعها نقاش مع الجمهور مع الترجمة. إذا كنت ترغب في المشاركة في هذا النقاش وطرح أسئلتك على المتحدثين

الرجاء الإنضمام للمناقشة على تطبيق زووم عن طريق إتباع هذا الرابط

Résumé – نبذة عن المحاضرة

Cette conférence propose d’aborder l’histoire médiévale de la Corne de l’Afrique et de la vallée du Nil à travers le prisme des relations paradoxales qu’entretenaient les pouvoirs chrétiens et musulmans de la région.

À la différence de leurs coreligionnaires coptes, les chrétientés nubiennes et éthiopiennes ont en effet échappé à la déferlante des conquêtes arabes des VIIe-VIIIe siècles et ont donc pu continuer d’exister sous la houlette de monarques chrétiens. L’autonomie politique dont bénéficient la Nubie et l’Éthiopie, est toutefois contrebalancée par le rapport de dépendance ecclésiastique qui lie les royaumes africains au patriarcat copte d’Alexandrie, seul habilité à consacrer évêques et métropolites dans ces provinces éloignées. Mais la Nubie et l’Éthiopie ont aussi en commun d’avoir été confrontées, dès les IXe-Xe siècles, à l’émergence en leur sein ou à leur périphérie de communautés musulmanes. Certaines d’entres elles se sont même érigées en entités politiques autonomes ou semi-autonomes qui finissent par entrer en rivalité avec les pouvoirs chrétiens de la moyenne vallée du Nil (émirat des Banū al-Kanz à la frontière égypto-nubienne) et des hauts plateaux (sultanats du Šawah, de l’Ifāt puis du Barr Saʿd al-Dīn).

تقترح هذه المحاضرة تناول تاريخ القرون الوسطى للقرن الأفريقي ووادي النيل من خلال منظور العلاقات المتناقضة بين القوى المسيحية والإسلامية في المنطقة. على عكس المسيحيين الأقباط، ظلت المسيحية النوبية والإثيوبية بعيدة عن موجة الفتوحات العربية في القرنين السابع والثامن، وبالتالي أستمرت تحكم الملوك المسيحيين. الاستقلال السياسي الذي تمتعتا به النوبة وإثيوبيا، يقابله علاقة التبعية الكنسية التي تربط الممالك الأفريقية بالبطريركية القبطية بالإسكندرية، وهي الوحيدة التي كانت مخولة بتكريس الأساقفة والمطارنة في هذه المقاطعات البعيدة. لكن هناك أيضًا قاسم مشترك بين النوبة وإثيوبيا حيث واجهتا، من القرن التاسع إلى القرن العاشر، ظهور مجتمعات مسلمة داخلها أو على أطرافها. حتى أن البعض منهم نصب نفسه ككيانات سياسية مستقلة أو شبه مستقلة وأنتهى بها الأمر إلى التنافس مع القوى المسيحية في وادي النيل الأوسط (إمارة بني الكنز على الحدود المصرية النوبية) والهضاب العليا (سلطنات شوا وأوفات ثم بر سعد الدين).

Vient de paraître : dossier Éthiopie, Nubie, Égypte : pouvoirs chrétiens et musulmans (XIe-XVe siècle), dans Médiévales 79 (2020), coordonné par Nathalie Bouloux et Robin Seignobos.

Ce dossier réunit les contributions présentées lors d’un atelier organisé à l’IFAO, au Caire, le 2 mai 2019, avec le soutien du projet ERC HornEast. Il propose d’aborder l’histoire médiévale de la Corne de l’Afrique et de la vallée du Nil à travers le prisme des relations paradoxales qu’entretenaient les pouvoirs chrétiens et musulmans de la région.

À la différence de leurs coreligionnaires coptes, contraints d’accepter la domination politique de souverains musulmans, les chrétientés nubiennes et éthiopiennes ont en effet échappé à la déferlante des conquêtes arabes des viie-viiie siècles et ont donc pu continuer d’exister sous la houlette de monarques chrétiens. L’autonomie politique dont bénéficient la Nubie et l’Éthiopie, souvent enviée des chrétiens égyptiens, est toutefois contrebalancée par le rapport de dépendance ecclésiastique qui lie les royaumes africains au patriarcat copte d’Alexandrie, seul habilité à consacrer évêques et métropolites dans ces provinces éloignées. Mais la Nubie et l’Éthiopie ont aussi en commun d’avoir été confrontées, dès les ixe-xe siècles, à l’émergence en leur sein ou à leur périphérie de communautés musulmanes. Certaines d’entres elles se sont même érigées en entités politiques autonomes ou semi-autonomes qui finissent par entrer en rivalité avec les pouvoirs chrétiens de la moyenne vallée du Nil (émirat des Banū al-Kanz à la frontière égypto-nubienne) et des hauts plateaux (sultanats du Šawah, de l’Ifāt puis du Barr Saʿd al-Dīn).

C’est aux situations inédites engendrées par cette configuration particulière que s’intéressent les trois premiers articles de ce dossier en explorant les différentes facettes de la relation croisée qui liaient les maîtres musulmans de l’Égypte, protecteurs et à l’occasion persécuteurs des coptes, aux souverains chrétiens d’Éthiopie et de Nubie, à la fois garants de la sécurité des communautés musulmanes vivant dans leur royaume et adversaires des pouvoirs islamiques de la région (M.-L. Derat, J. Loiseau, B. Weber). Alors que ces premières contributions traitent surtout de discours diplomatiques et de rapports de force, c’est aux confrontations plus directes liées à cette situation de voisinage inter-confessionnel que se consacrent les auteurs du second volet du dossier à travers la relecture critique d’épisodes charnières ayant jalonné cette histoire commune (B. Hirsch, A. Chekroun, R. Seignobos).

Pour prendre connaissance du sommaire et lire l’introduction du dossier : https://journals.openedition.org/medievales/

Pour consulter l’intégralité du numéro (accès payant ou sur abonnemment) : https://www.cairn.info/revue-medievales-2020-2.htm

Séminaire HornEast 16 février 2021

La prochaine séance du séminaire HornEast,Textes, images et objets entre  l’Égypte copte et la Corne de l’Afrique chrétienne au Moyen Âge, se tiendra le 16 février 2021, de 14 à 16h (heure de Paris). 
 
Notre invité, Jan Dochhorn (Durham University), nous présentera une communication intitulée, Mashafa Malâekt, A Bêta Esrâêl Apocryphon: Manuscripts, Problems of Edition, Prehistory. 
 
La séance aura lieu en visioconférence, par Zoom, et sera accessible par le lien suivant : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/95009338998pwd=RWNodWIwVHlrTkptNEZjcWorcG9LUT09
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter les organisateurs du séminaire : Damien Labadie (damien.labadie@cnrs.fr) ou Martina Ambu (martina.ambu91@gmail.com)
 

King Ṭanṭawǝdǝm’s land charter: state of the art and new perspectives

King Ṭanṭawǝdǝm’s land charter to the church of Qǝfrǝyā  – attested in MS Ethio-SPaRe UM-035 (ʿUrā Qirqos, XVIIIth century) – sheds more light on the much earlier history of Ethiopia, X-XIIIth centuries. The recent edition and translation made by Marie-Laure Derat shows that this land charter has all chances to improve our knowledge about Christian-Muslim relationships at that early time. Yet, due to complexity of the text and our lack of knowledge on punctuation marks, narrative about Christian-Muslim relationships, as recorded in MS Ethio-SPaRe UM-035, allows various interpretations. Furthermore, comparative work with another Medieval archive, from Dabra Libānos in Ham (L’evangelo d’oro), brings new supportive evidence to consider XVIIIth century King Ṭanṭawǝdǝm’s land charter a copy of an older document, probably from King Ṭanṭawǝdǝm’s time. At the same time, the research on the archive of Dabra Libānos in Ham shows that a copy of a document is rarely identical to the original, but undergoes certain updates, which might be the case of King Ṭanṭawǝdǝm’s land charter as well.

Située sur un piton rocheux, l’église d’Ura Masqal a été reconstruite il y a quelques dizaines d’années, à partir de vestiges d’une église probablement contemporaine du roi Tantawedem. Piliers monolithiques, montants de fenêtres en bois sculpté sont parmi les pièces anciennes en réemploi dans la construction récente. © M.-L. Derat.

Nora, cité islamique médiévale d’Éthiopie (XIVe-XVe siècles)

Nora est le premier site urbain de la région de l’Ifat, en Éthiopie, ayant fait l’objet d’une investigation archéologique d’importance. Ses principaux vestiges (plusieurs mosquées, un habitat en dur, des sépultures) appartiennent à un établissement islamique des XIVe et XVe siècles. De rares vestiges témoignent d’une ou plusieurs occupations antérieures, dont il est cependant impossible d’entrevoir les relations d’éventuelle continuité avec la phase d’occupation urbaine et islamique. Quant à l’interruption de cette phase urbaine et islamique, elle n’est pas de beaucoup postérieure au début du XVIe siècle. Nora faisait vraisemblablement partie de l’ensemble politique de l’Awfât. Nora est son nom actuel et il n’est pour l’instant pas possible de poser une équivalence certaine avec telle ou telle localité mentionnée dans les sources écrites. Si la campagne de fouille de 2008 à Nora n’a pas encore fait l’objet d’une publication monographique systématique et ne reste connue que par des articles présentant des résultats partiels, c’est pour une raison paradoxale : la multiplication, depuis lors, de découvertes d’autres sites islamiques éthiopiens médiévaux, y compris de la capitale (ou d’une des capitales) du sultanat de l’Awfât, et d’investigations archéologiques conduites sur d’autres sites islamiques de l’Est éthiopien (sous la direction de Timothy Insoll) et du Tigré (sous la direction de Julien Loiseau), qui ont conduit à suspendre temporairement l’interprétation des résultats. En apportant son soutien à la préparation de la monographie des fouilles de Nora, sous la coordination de François-Xavier Fauvelle et Romain Mensan, le programme HornEast contribue à la mise à jour des données de référence sur l’Islam éthiopien médiéval.

Télécharger l’introduction de la monographie en préparation

Recherches archéologiques sur le royaume de Gonja (Ghana) par Denis Genequand (directeur du site et musée romains d’Avenches).

Formé au 16e siècle dans la partie nord de l’actuel Ghana, dans la zone de confluences des rivières Volta, le royaume ou état de Gonja s’est maintenu jusqu’au 19e siècle. Son histoire est connue par une série de sources textuelles rédigées localement en arabe à partir du 18e siècle et par des traditions orales, mais il n’a fait l’objet que de rares études archéologiques entre la fin des année 1960 et le début des années 1980. L’islamisation progressive de la région semble être concomitante de l’expansion du royaume par une série de conquêtes, mais ses modalités restent du domaine de l’Hypothèse et, surtout, des points d’ancrage chronologiques précis manquent encore. Depuis 2015, un projet archéologique étudie à la fois le royaume de Gonja et la question de l’islamisation et des lieux de culte musulmans du nord du Ghana. Denis Genequand, son directeur, viendra présenter les résultats de ces enquêtes vendredi 2 octobre 2020 dans le cadre du séminaire d’équipe du projet ERC HornEast (Aix-en-Provence, MMSH, salle Germaine Tillon, 9h-11h).

Apocrypha nubica n°3 : Le texte vieux-nubien de la Croix

Attesté par le manuscrit Berlin Staatsbibliothek Or. Quart 1020 (de Serra Est, datant du Xe-XIe s.), le texte de la Croix (Texte-Stauros) est un des mieux préservés du corpus littéraire vieux-nubien. Il est composé de deux parties. La première est un discours de Jésus aux apôtres concernant la parousie, discours qui est placé avant l’ascension. Le texte commence ainsi : « Il arriva un jour, tandis que notre Sauveur était assis sur le mont des Oliviers, alors qu’il restait quarante jours avant son ascension aux cieux, et que nous, les apôtres, venions de nous réunir autour de lui, il nous révéla un mystère indicible au sujet des choses célestes et des choses terrestres, du jugement des morts et des vivants après qu’il les aura suscités (?), et de la résurrection des morts. » Ensuite Pierre pose une question à Jésus : « Pour quelle raison, quand tu jugeras dans la justice, viendras-tu en ayant avec toi le signe de la Croix glorieuse ? » Jésus répond que, lors du jugement dernier, il sera assis sur un trône de gloire, tenant la Croix dans la main droite, dans la vallée de Josaphat. Les racines de la Croix irrigueront la terre et ses branches couvriront un tiers de la terre. À la fin du jugement, la Croix montera au ciel. Tous ceux qui auront cru et jugés favorablement, monteront et suivront la Croix au ciel. Le discours se clôt ainsi. La deuxième partie est un discours, sous la forme d’une litanie doxologique en l’honneur de la Croix. Ce bref sermon n’est pas de Jésus mais du narrateur. Le narrateur déclare ainsi : la Croix est la résurrection des morts, la Croix est l’espoir des chrétiens, la Croix est l’exultation des apôtres, la Croix est la sauvegarde du monde, la Croix est le bienfait des pauvres, la Croix est un scandale pour les païens, etc.

La première partie de ce texte est connue par un parallèle conservé en copte sahidique et transmis dans le codex de Qasr el-Wizz (Assouan Special Number 168), découvert en 1965, au nord de Faras. Pour la seconde partie, on en connaît un parallèle très proche, mais pas identique. Il s’agit de la version vieux-nubienne du sermon In venerabilem crucem du pseudo-Chrysostome. Cette version nubienne a été retrouvée dans un manuscrit de Serra Est, en 1963-1964 par l’Oriental Institute de l’université de Chicago, lors de fouilles au Soudan. Ce sermon  est connu en grec, mais aussi en latin, syriaque, arabe, arménien, slavon et guèze. La deuxième partie du Texte-Stauros est un remaniement et abrègement de la version vieux-nubienne, attestée en intégralité, de l’homélie pseudo-chrysotomienne In venerabilem crucem.

Le Texte-Saturos, qui associe un discours apocalyptique du sauveur et une hymne à la Croix est très proche, dans sa structure et ses thèmes, d’un texte copte récemment réédité et finement commenté par Alin Suciu, qu’il intitule l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, connu précédemment sous le nom d’Évangile du Sauveur. Ce texte met en scène un dialogue apocryphe, placé avant la Passion, entre Jésus et les apôtres. Au cours du récit, Jésus-Christ se met à déclamer une hymne à la Croix, tandis que les apôtres dansent autour de cette dernière. Ensuite, le Christ reprend et termine son discours de révélation.

Le texte vieux-nubien de la Croix, à l’instar de l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, relève indéniablement du genre du mémoire apostolique, car il en présente certains traits, comme le discours de Jésus sur les monts des Oliviers et l’usage du « nous » apostolique. L’existence d’une version vieux-nubienne d’un tel texte atteste l’importante diffusion, depuis l’Égypte jusqu’en Nubie, des œuvres ressortissant au genre du mémoire apostolique à l’époque médiévale.

Manuscrits islamiques de la Corne de l’Afrique conservés à Berlin :

Deux institutions berlinoises conservent de nombreux manuscrits islamiques de la Corne de l’Afrique. Plusieurs se trouvent ainsi dans les archives de l’orientaliste allemand de la première moitié du xxe siècle, Hans Schlobies, à la Berlin-Brandenburgischen Akademie der Wissenschaften (BBAW). Ces manuscrits ont été collectés ou copiés par ce chercheur à Harar et à Addis Abeba dans les années 1920. Dans les années 1990, Ewald Wagner, spécialiste de la littérature de Harar, a, lui, déposé de nombreux manuscrits islamiques à la Staatsbibliothek zu Berlin. Il les avait pour la plupart acquis dans les années 1960 ou 1970 à Harar ; certains avaient été copiés à sa demande par des lettrés de la ville.

Ces deux fonds de manuscrits ont été catalogués par Ewald Wagner en 1997. Je propose ci-dessous une nouvelle description de certains de ces manuscrits conservés à Berlin. J’ai pu aller les consulter en octobre 2019 grâce à un financement du projet ERC HornEast. Je me suis concentrée sur les manuscrits contenant des textes historiographiques. Certains avaient déjà été édités et traduits en 1931 par Enrico Cerulli, à partir d’autres manuscrits.

Deuxième campagne de fouilles sur le site de Kwiha Kirkos

En décembre 2018, parallèlement à la première campagne de fouilles sur le cimetière musulman médiéval de Bilet (Kwiha, Tigray, Ethiopie), un petit sondage avait été réalisé sur la pente orientale du tell de Kirkos au nord de Kwiha près de Mekelle, à l’endroit où plusieurs murs affleuraient. La fouille avait partiellement mis au jour les vestiges bien conservés d’un bâtiment à saillants et ressauts évoquant une architecture de type aksumite. 

Vestiges monumentaux mis au jour en 2018 (Mission Bilet 2018)
Vestiges monumentaux mis au jour en 2018 (Mission Bilet 2018)

La campagne de fouille menée du 25 novembre au 20 décembre 2019 a eu pour objectif d’étendre ce sondage et d’ouvrir deux fenêtres supplémentaires afin de recueillir davantage d’informations sur la séquence d’occupation du tell, de caractériser les contextes et d’obtenir du matériel datant. L’un des principaux enjeux dans le cadre du projet ERC HornEast consiste à identifier des niveaux et des structures attestant d’un habitat contemporain du cimetière (Xe-XIIIe siècle).

Continuer la lecture de Deuxième campagne de fouilles sur le site de Kwiha Kirkos