Tous les articles par Damien Labadie

Apocrypha nubica n°3 : Le texte vieux-nubien de la Croix

Attesté par le manuscrit Berlin Staatsbibliothek Or. Quart 1020 (de Serra Est, datant du Xe-XIe s.), le texte de la Croix (Texte-Stauros) est un des mieux préservés du corpus littéraire vieux-nubien. Il est composé de deux parties. La première est un discours de Jésus aux apôtres concernant la parousie, discours qui est placé avant l’ascension. Le texte commence ainsi : « Il arriva un jour, tandis que notre Sauveur était assis sur le mont des Oliviers, alors qu’il restait quarante jours avant son ascension aux cieux, et que nous, les apôtres, venions de nous réunir autour de lui, il nous révéla un mystère indicible au sujet des choses célestes et des choses terrestres, du jugement des morts et des vivants après qu’il les aura suscités (?), et de la résurrection des morts. » Ensuite Pierre pose une question à Jésus : « Pour quelle raison, quand tu jugeras dans la justice, viendras-tu en ayant avec toi le signe de la Croix glorieuse ? » Jésus répond que, lors du jugement dernier, il sera assis sur un trône de gloire, tenant la Croix dans la main droite, dans la vallée de Josaphat. Les racines de la Croix irrigueront la terre et ses branches couvriront un tiers de la terre. À la fin du jugement, la Croix montera au ciel. Tous ceux qui auront cru et jugés favorablement, monteront et suivront la Croix au ciel. Le discours se clôt ainsi. La deuxième partie est un discours, sous la forme d’une litanie doxologique en l’honneur de la Croix. Ce bref sermon n’est pas de Jésus mais du narrateur. Le narrateur déclare ainsi : la Croix est la résurrection des morts, la Croix est l’espoir des chrétiens, la Croix est l’exultation des apôtres, la Croix est la sauvegarde du monde, la Croix est le bienfait des pauvres, la Croix est un scandale pour les païens, etc.

La première partie de ce texte est connue par un parallèle conservé en copte sahidique et transmis dans le codex de Qasr el-Wizz (Assouan Special Number 168), découvert en 1965, au nord de Faras. Pour la seconde partie, on en connaît un parallèle très proche, mais pas identique. Il s’agit de la version vieux-nubienne du sermon In venerabilem crucem du pseudo-Chrysostome. Cette version nubienne a été retrouvée dans un manuscrit de Serra Est, en 1963-1964 par l’Oriental Institute de l’université de Chicago, lors de fouilles au Soudan. Ce sermon  est connu en grec, mais aussi en latin, syriaque, arabe, arménien, slavon et guèze. La deuxième partie du Texte-Stauros est un remaniement et abrègement de la version vieux-nubienne, attestée en intégralité, de l’homélie pseudo-chrysotomienne In venerabilem crucem.

Le Texte-Saturos, qui associe un discours apocalyptique du sauveur et une hymne à la Croix est très proche, dans sa structure et ses thèmes, d’un texte copte récemment réédité et finement commenté par Alin Suciu, qu’il intitule l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, connu précédemment sous le nom d’Évangile du Sauveur. Ce texte met en scène un dialogue apocryphe, placé avant la Passion, entre Jésus et les apôtres. Au cours du récit, Jésus-Christ se met à déclamer une hymne à la Croix, tandis que les apôtres dansent autour de cette dernière. Ensuite, le Christ reprend et termine son discours de révélation.

Le texte vieux-nubien de la Croix, à l’instar de l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, relève indéniablement du genre du mémoire apostolique, car il en présente certains traits, comme le discours de Jésus sur les monts des Oliviers et l’usage du « nous » apostolique. L’existence d’une version vieux-nubienne d’un tel texte atteste l’importante diffusion, depuis l’Égypte jusqu’en Nubie, des œuvres ressortissant au genre du mémoire apostolique à l’époque médiévale.

Apocrypha nubica n°2 : Le In quattuor animalia du pseudo-Chrysostome

Le In quattuor animalia du pseudo-Chrysostome est un texte connu en copte sahidique, arabe, guèze et vieux-nubien. Dans ce sermon pseudépigraphique, l’auteur, qui prétend être Jean Chrysostome lui-même, narre de quelle façon il aurait trouvé à Jérusalem, dans la maison de Marie, mère de l’apôtre Jean, un livre contenant des révélations de Jésus à propos des quatre animaux incorporels. Ces quatre animaux incorporels sont les quatre entités qui portent le char divin dans la vision décrite dans le premier chapitre du livre d’Ézéchiel. À l’instar d’autres textes relevant du genre de mémoire apostolique (voir https://horneast.hypotheses.org/1095), le In quattuor animalia se présente comme un texte de révélation de Jésus, qui divulgue des mystères au sujet de ces quatre créatures, mais également au sujet de l’archange Michel.

La version vieux-nubienne de cette oeuvre est conservée dans un manuscrit de Serra est, en Nobadie, datant des 11e-12e siècles. Le manuscrit consiste en un seul folio, lacunaire (voir image ci-dessous). L’extrait conservé dans le manuscrit nubien contient un passage citant un prétendu mémoire apostolique. Des fragments coptes de cette même homélie ont été retrouvés à Qasr Ibrim, au nord de Serra est, ce qui atteste la diffusion assez importante de cette œuvre en Nubie à l’époque médiévale.

Apocrypha nubica n°1 : Brève présentation et inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens

Le corpus littéraire vieux-nubien, assez restreint, comprend des textes de nature exclusivement religieuse : on y trouve des lectionnaires (incluant des passages de l’Ancien et du Nouveau Testament), des textes patristiques, des canons conciliaires, des symboles de foi, des textes hagiographiques et aussi des textes apocryphes. 
 
Le corpus apocryphe vieux-nubien est représenté par cinq textes fragmentaires, conservés dans six manuscrits distincts datables d’une période s’échelonnant, approximativement, du Xe au XIIe siècle.
 
Il est à noter que tous ces textes relèvent d’un même genre, celui du mémoire apostolique, qui fut en vogue en Égypte à partir des Ve et VIe siècles, dans le sillage des controverses nées lors du concile de Chalcédoine de 451. Ce genre se caractérise par un discours de révélation que Jésus adresse aux apôtres. Les apôtres, qui parlent à la première personne du pluriel, prétendent avoir mis par écrit ce dialogue sous la forme d’un mémoire et l’avoir déposé dans une bibliothèque de Jérusalem. Souvent, ce mémoire est retranscrit dans un sermon pseudo-patristique prononcé lors d’une une fête liturgique ; l’auteur prétend ainsi avoir retrouvé ce mémoire à Jérusalem et il le cite in extenso dans son homélie. Ces mémoires des apôtres traitent de différents sujets : l’intronisation de figures angéliques (Michel, Gabriel, Abbaton) ; des récits au sujet des personnages du Nouveau Testament, tels la famille de Jésus, Gamaliel ou Pilate ; des épisodes de la vie de Jésus comme sa naissance, sa crucifixion et sa résurrection. 
 
Il est remarquable que ce genre copte tardo-antique fut particulièrement florissant dans la Nubie médiévale ; les traductions du copte en vieux-nubien de certains de ces textes attestent les fortes connexions intellectuelles, religieuses et littéraires que l’Égypte et la Nubie ont entretenues tout au long de la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge. Une des raisons de ce succès réside peut-être dans la place que ces textes accordent à la figure de l’archange Michel, chef des armées célestes, au sujet duquel Jésus divulgue des révélations à destination des apôtres. Or, comme le culte de Michel était particulièrement vivace dans la Nubie médiévale (en témoignent les fresques de la cathédrale de Faras), on peut supposer que ces textes, traduits en nubien, connurent un engouement manifeste dans un contexte où l’archange jouissait déjà d’une popularité certaine. 
 
Nous proposons en document téléchargeable un inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens connus à ce jour, ainsi qu’une bibliographie. Des éditions, traductions et études sont signalées pour chacun de ces textes. 
 
Ceci est le premier billet d’une série consacrée aux apocryphes vieux-nubiens. Les billets suivants présenteront un commentaire et une traduction de chacun des textes apocryphes vieux-nubiens que nous avons répertoriés.
 

Quelques éléments d’astronomie iranienne dans un manuscrit éthiopien

Le manuscrit Vatican arabe 1792 fut découvert par l’orientaliste  E. Cerulli lors d’un séjour à Harar, en Ethiopie, en 1936  (au sujet de ce manuscrit, voir le billet suivant : https://horneast.hypotheses.org/973). Ce manuscrit, composé essentiellement d’opuscules astronomiques, de calendriers et de tables de comput, contient également quelques textes historiques relatifs à l’islam éthiopien, notamment le Ḏikr al-tawārīḫ, une chronique relatant les guerres des sultanats de la région du Šawā entre les onzième et treizième siècles. Parmi les textes astronomiques du manuscrit figure, au feuillet 46r, un texte insolite. Il s’agit d’une liste bilingue arabe-persan des sept planètes (soleil, Vénus, Mercure, lune, Saturne, Mars et Jupiter). Cette liste est accompagnée de quelques commentaires mais aussi des variantes arabes maghrébines pour les noms de trois planètes. Hormis quelques inexactitudes, l’auteur de la liste retranscrit fidèlement les formes persanes et les fait correspondre correctement aux formes arabes. Ainsi, si l’Ethiopie, au cours du Moyen Âge, a entretenu de constantes relations avec le Proche-Orient arabe, ce court texte témoigne aussi de l’existence de connexions entre la Corne de l’Afrique et le monde iranien.

Le manuscrit « Cerulli » Vatican arabe 1792

C’est grâce à Alessandro Gori que nous devons la redécouverte récente d’un des témoins manuscrits les plus importants pour l’histoire de l’islam médiéval éthiopien, le manuscrit Vatican arabe 1792. Enrico Cerulli, qui découvrit et acquit le manuscrit en 1936 lors d’un séjour à Harar, en fit don à la Bibliothèque vaticane avant sa mort. L’orientaliste italien en publia notamment, à partir des feuillets 12v-13r, un texte connu sous le nom de Chronique du Šawā, qui narre l’avènement et les conflits des premiers sultanats musulmans de la région du Šawā entre le XIe et le XIIIe siècles. En raison de la découverte d’Alessandro Gori et de l’importance de ce texte pour l’histoire de l’islam éthiopien, une nouvelle édition s’imposait. C’est ainsi que, dans le cadre du projet HornEast, Damien Labadie entreprend, sur la base du Vatican arabe 1792, une nouvelle édition de la Chronique du Šawā, ainsi qu’une traduction française et l’élaboration d’un index thématique complet.

Le manuscrit est consultable en ligne sur le site de la Bibliothèque vaticane : https://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.ar.1792