L’Éthiopie au Leeds International Medieval Congress (Juillet 2018-Compte-rendu)

Dans le cadre de la 25e édition du « Leeds International Medieval Congress » qui s’est tenue du 2 au 5 juillet 2018 à l’University of Leeds en Angleterre, plusieurs sessions étaient consacrées à l’Éthiopie à l’époque médiévale. Organisées par Verena Krebs (Historisches Institut, Ruhr-Universität Bochum), Adam Simmons (Department of History, Lancaster University), Meseret Oldjira (Department of Art & Archaeology, Princeton University) et Vincent van Gerven Oei (Punctum books, Tirana), ces sessions avaient pour objectifs de replacer l’histoire africaine au sein des études médiévales mondiales et de rappeler que l’histoire éthiopienne n’est pas exclusivement chrétienne, mais aussi islamique, « juive » / Beta Ǝsra’el ou encore « païenne ».

La première session, « Medieval Ethiopia, I : Muslims and Jews » fut l’occasion pour Amélie Chekroun, post-doctorante au sein du projet ERC HornEast, de présenter les recherches collectives menées entre 2006 et 2011 sur les sites islamiques médiévaux d’Ifāt, et plus particulièrement sur le site de Awfāt/Beri Ifāt, probable capitale du sultanat d’Awfāt au XIVe siècle. En exposant la documentation manuscrite traitant de cette ville dans la littérature arabe des XIIIe-XVe siècles et les données archéologiques, elle a rappelé la difficulté de croiser sources écrites et données archéologiques. Un article écrit à six mains avec François-Xavier Fauvelle et Bertrand Hirsch paraîtra d’ici la fin de l’année dans les Annales Islamologiques, sous le titre « Le sultanat de l’Awfāt, sa capitale et la nécropole des Walasma’. Quinze années d’enquêtes archéologiques et historiques sur l’Islam médiéval éthiopien ».

Deux autres présentations complétaient ce panel. Sana Mirza, doctorante à l’Institute of Fine Arts, New York University, a présenté ses premiers résultats sur l’étude codicologique des corans de Harar. En mettant en parallèle des similitudes formelles entre les corans de Harar et les modèles mamluks, elle met en évidence la longue durée de la culture manuscrite de la mer Rouge. Quant à la présentation d’Afework Hailu Beyene, du Department of Historical Studies, Ethiopian Graduate School of Theology à Addis Abeba, elle était consacrée à la présence et l’influence des juifs en Ethiopie, entre le VIe et le XIVe siècle, soit de l’époque aksumite au début de la période salomonienne.

La seconde session « Medieval Ethiopia, II: Christians and Pagans » réunissait trois intervenants. Michael Gervers, de l’université de Toronto, membre du projet « Documents of Early England Data Set » (DEEDS), a repris le dossier de l’église de l’époque zagwé Yemrahanna Krestos, mettant en lumière des parallèles avec les églises rupestres de Lalibela, sans toutefois mentionner les travaux récents de Marie-Laure Derat et de Claire Bosc-Tiessé sur ces questions.

Solomon Gebreyes Beyene, du Hiob Ludolf Centre for Ethiopian Studies (Universität Hamburg), qui vient de terminer une nouvelle édition de la chronique de Galawdéwos, a exposé les premières pistes de son nouveau sujet de recherche sur les religions dites « païennes » à l’époque médiévale en Ethiopie, plus particulièrement sous le règne de Zar’a Yā’eqob (1434-1468).

Pour conclure cette session, Denis Nosnitsin (Hiob Ludolf Centre for Ethiopian Studies, Universität Hamburg) a fait une passionnante présentation de ses recherches dans les églises et monastères du Tigray de preuves manuscrites des derniers refuges du roi Lebna Dengel dans le Nord éthiopien avant sa mort en 1540.

La troisième et dernière session de cette journée consacrée à l’Ethiopie médiévale avait pour thématique l’histoire de l’art chrétien (Medieval Ethiopia, III: Religious Material Culture in Ethiopia). Christine Sciacca, conservatrice au Walters Art Museum de Baltimore, a détaillé les collections éthiopiennes de son musée et son projet d’exposition « Ethiopia at the Crossroads: The African Art of a Christian Nation » qui se tiendra prochainement au Walters Art Museum. Jacopo Gnisci, post-doctorant au Hiob Ludolf Centre for Ethiopian Studies (Universität Hamburg), a présenté ses recherches sur les portraits des quatre évangélistes dans les Gospels éthiopiens. Enfin, Dorothea McEwan (Warburg Institute, University of London) a tenté de comparer la forme de la partie basse des croix processionnelles éthiopiennes avec des motifs arméniens.

Mentionnons également d’autres interventions consacrées à l’Ethiopie médiévale en dehors des panels spécifiquement dédiés à la Corne de l’Afrique. Alexandra F.C. Cuffel, du Centrum für Religionswissenschaftliche Studien, Ruhr-Universität Bochum, organisait un panel sur le judaïsme (« Between Memory and Imagination, II: Jewish Engagements from Ethiopia to the Persianate World ») avec notamment la très intéressante présentation de l’archéologue israélien Bar Kribus (Institute of Archaeology, Hebrew University of Jerusalem / Centrum für Religionswissenschaftliche Studien, Ruhr-Universität Bochum) à propos de ses recherches menées sur les sites archéologiques attribués aux Beta Ǝsra’el dans la région des Semen Mountains.

Dans le cadre du panel « Remembering Shared Rituals and Identities in the Medieval Mediterranean and Africa » organisé par Andrea Achi (Institute of Fine Arts, New York University), Martina Ambu, doctorante à Orient et Méditerranée (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) qui est associée au projet ERC HornEast, a exposé ses travaux sur les Pères du Désert, Antoine le Grand et Macaire l’Egyptien, en Ethiopie. Vince Bantu (Covenant Theological Seminary, St. Louis) a quant à lui proposé un papier intitulé « Egyptian Memory Layers in the Ethiopic Maṣḥafa Berhān ».

Comme l’a conclu Verena Krebs au terme de la journée de mercredi 4 juillet consacrée à l’Ethiopie, il est heureux que les études sur l’Afrique médiévale trouvent leur place au sein d’un prestigieux congrès tel que celui de Leeds, preuve du dynamisme et du potentiel de ce champ d’études. Venera Krebs s’est également réjoui que les présentations sur l’Ethiopie ne se limitaient pas uniquement à l’histoire chrétienne de la région, rappelant ainsi l’importance de poursuivre les études sur les sociétés non-chrétiennes, et notamment musulmanes. Toutefois, le faible nombre d’interventions sur les communautés musulmanes prouvent la nécessité d’un projet tel que celui de l’ERC HornEast.

 Pour télécharger le programme du panel Afrique 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amélie Chekroun (8 septembre 2018). L’Éthiopie au Leeds International Medieval Congress (Juillet 2018-Compte-rendu). Projet ERC COG HornEast. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pozo