PARUTION: Robin Seignobos dans les Annales islamologiques: L’épigraphie arabe et la question de la présence musulmane en Nubie

Dans le volume 55 (2021) des Annales islamologiques paru récemment, Robin Seignobos revient sur un fragment de stèle funéraire en arabe découvert sur l’île de Saï, au sud de la deuxième cataracte. Il s’agit de l’inscription arabe la plus méridionale de Nubie et donc de la vallée du Nil.

Résumé
Bien qu’elles soient souvent mentionnées comme indicateurs d’une présence ancienne de l’islam dans la moyenne vallée du Nil, les inscriptions funéraires arabes découvertes en Nubie n’ont pas reçu toute l’attention qu’elles méritaient. Elles constituent pourtant l’un des rares
témoignages des activités de cette minorité musulmane installée au-delà des limites méridionales du Dār al‑islām, dans un environnement alors majoritairement chrétien. Cet article, premier jalon d’une étude de plus grande ampleur, est consacré à l’édition et à l’analyse d’une inscription arabe inédite provenant de l’île de Saï, en Nubie soudanaise. Malgré son caractère fragmentaire, ce qui subsiste de la formule de datation et la paléographie permettent de dater l’inscription de la fin du vie/xiie siècle. L’intérêt de cette trouvaille, longtemps passée inaperçue, réside surtout dans son lieu de découverte inattendu mais tient aussi aux remarquables qualités formelles de l’objet. Ces éléments invitent à reconsidérer les bornes géographiques traditionnellement assignées à la présence musulmane en Nubie médiévale et font surgir de nouvelles interrogations quant au profil sociologique des individus appartenant à cette communauté.

Abstract
Although they are often mentioned as indicators of an ancient Islamic presence in the Middle Nile Valley, the Arabic funerary inscriptions discovered in Nubia have not received the attention they deserve. They are, however, among the few remaining witnesses to the activities of this Muslim minority living beyond the southern limits of Dār al‑islām, in a predominantly Christian environment. This article, first milestone of a larger study, is devoted to the publication and analysis of an unpublished Arabic inscription from the island of Saï in Sudanese Nubia.
Despite its fragmentary nature, what remains of the dating formula as well as palaeography allow us to date the inscription to the end of the 6th/12th century. The interest of this find, which has long gone unnoticed, lies above all in its unexpected place of discovery but also
in its remarkable formal qualities. These elements invite us to reconsider the geographical boundaries traditionally assigned to the Muslim presence in medieval Nubia and raise new questions concerning the sociological profile of the individuals belonging to this community.

L’article peut être téléchargé ici: SEIGNOBOS R. (2021) L’épigraphie arabe et la question de la présence musulmane en Nubie autour d’un fragment de stèle funéraire provenant de l’île de Saï (fin du vie-xiie siècle)

L’intégralité du volume 55 des AnIsl, en libre accès, est à retrouver ici.



Citer ce billet
Simon Dorso (2022, 12 novembre). PARUTION: Robin Seignobos dans les Annales islamologiques: L’épigraphie arabe et la question de la présence musulmane en Nubie. Projet ERC COG HornEast. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pp1j