8/04 – EXPOSITION ET Journée d’ateliers doctoraux – La Description de l’Égypte (1802-1830) : autour de la série Inscriptions, Monnoies et Médailles

Photo : Inscriptions, monnoies et médailles. Inscriptions koufiques gravées sur le meqyâs de l’île de Roudah © The New York Public Library, Digital collections

Vendredi 8 avril 2022, 9h-16h, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle de convivialité, bâtiment C, Aix-en-Provence. Organisée par Anna Lagaron, chercheuse post-doctorante, projet ERC HornEast, Iremam. 

Ces ateliers s’adressent à un public d’étudiants de masters et de doctorants d’AMU (historiens, historiens de l’art, arabisants) et se dérouleront en salle d’exposition. Le format des ateliers se composera d’une partie présentation (30 min) suivie de discussions et de commentaires de planches (30 min). Inscription nécessaire à : anna.lagaron-khalifa@univ-amu.fr

Intervenants 

Sobhi Bouderbala, Simon Dorso, Frédéric Imbert, Anna Lagaron, Julien Loiseau et Nicolas Michel

La Description de l’Égypte (1802-1830) est un ouvrage monumental dont la seule évocation rappelle la campagne d’Égypte menée par Bonaparte de 1798 à 1801 à laquelle participèrent plus d’une centaine de scientifiques. La restitution de leurs visions de l’Égypte dans un ouvrage au format pharaonique a contribué à engendrer un réel engouement pour la culture et l’histoire égyptiennes. Dans la préface de l’ouvrage, Joseph Fourier, membre de la commission de publication, rappelle que la Description de l’Égypte doit plutôt « être considérée comme un ouvrage destiné à l’étude, que comme un ouvrage de luxe ». Néanmoins, la première édition de l’ouvrage comprend 9 volumes in-folio de textes et onze tomes de planches reliées en 13 volumes dont 10 répartis en 3 sections (Antiquité, État Moderne et Histoire Naturelle). En outre, les planches sont gravées sur un format allant du Grand-Atlas (541 x 704 mm) au format Grand-Monde (812 x 1137 mm), faisant que les volumes sont difficilement manipulables et relativement fragiles. Ce format hors-norme et couteux en a donc fait un ouvrage réservé aux institutions. Aujourd’hui, considérées comme pièces de musée, les premières éditions de l’ouvrage demeurent peu accessibles aux lecteurs curieux d’approcher les planches originales.

Dans le cadre de ces ateliers doctoraux, nous proposons ainsi un accès privilégié à une vingtaine de planches originales issues d’une collection privée. Elles proviennent des archives de la commission de publication de l’ouvrage : ce sont des invendus qui se présentent dans leur état d’origine, sans massicotage, ni reliure. Cet aspect leur donne un format propice à l’étude et à l’exposition. Les ateliers proposés se dérouleront lors de la journée du 8 avril au cours de laquelle, des enseignants-chercheurs d’Aix-Marseille Université et des chercheurs de l’Iremam aborderont différentes thématiques présentes au sein de la série Inscriptions, Monnoies et Médailles extraite de la section de la Description de l’Égypte intitulée État Moderne : à savoir essentiellement l’épigraphie, l’architecture et l’histoire. Afin de montrer un aspect de cette section, d’autres planches viendront compléter une exposition qui aura lieu tout au long du mois d’avril en salle de convivialité (MMSH, bât. C).

Programme

9h – Accueil

9h15 – Anna Lagaron : introduction journée et présentation de la collection

10h – Sobhi Bouderbala, Le nilomètre de Rawḍa : histoire et architecture d’un monument administratif

11h – Pause-café

11 h15 – Julien Loiseau, Le passé médiéval du Caire saisi à travers la Description de l’Égypte

12 h15 – Pause méridienne

13h30 – Accueil

14h – Frédéric Imbert, Brève histoire de l’ornementation des écritures coufiques en Islam médiéval

14h45 – Nicolas Michel, L’exactitude visuelle avant la photographie : l’exemple des planches de la Description de l’Égypte

15h45 – Simon Dorso, Anna Lagaron, Derniers commentaires sur planches monnaies/sceaux et conclusion

Descriptifs des interventions

Sobhi Bouderbala (ERC HornEast, IREMAM)

Le nilomètre de Rawḍa : histoire et architecture d’un monument administratif

Construit à la fin du Ier/début VIIIe siècle sur l’île de la Rawḍā à Fusṭāṭ, le nilomètre (al-miqyās) occupait une place centrale dans l’administration islamique d’Égypte. Servant à mesurer les variations de hauteur de l’eau dans le Nil, notamment en période de crue, ce monument était soigneusement géré et restauré par le pouvoir égyptien. Récits historiques, inscriptions monumentales et documents administratifs permettent de retracer son histoire, le personnel affecté à sa gestion et les différentes phases de restauration qu’il a connues tout au long de la période médiévale.

Frédéric Imbert (PU-AMU/ IREMAM)

Brève histoire de l’ornementation des écritures coufiques en Islam médiéval

Les inscriptions arabes qui sont apposées dans quelques célèbres mosquées et monuments du Caire n’ont pas manqué de susciter l’intérêt des savants de l’expédition d’Égypte. Ceux-ci en reproduisirent d’ailleurs quelques-unes dans les volumes de la Description de l’Égypte. Les planches exposant partiellement les motifs épigraphiques du Nilomètre de Rawḍa, de la mosquée d’Ibn Ṭulūn (IXe s.), ainsi que de la madrasa du Sulṭān Ḥasan (XIVe s.) sont l’occasion de se repencher sur les processus d’évolution qu’a suivis l’écriture arabe depuis ses premiers développements jusqu’à l’épanouissement esthétique et ornemental des styles coufiques ṭūlūnides, fatimides et mamelouks.  

Julien Loiseau (PU-AMU/ERC HornEast, IREMAM)

Le passé médiéval du Caire saisi à travers la Description de l’Égypte

La Description de l’Égypte, fondée sur les enquêtes et relevés architecturaux effectués à l’extrême fin du XVIIIe siècle, offre la première saisie moderne de la ville du Caire, sous la forme d’une carte, d’une abondante moisson de toponymes et de plans des édifices les plus significatifs. Cette saisie offre de précieuses informations sur le passé médiéval de la capitale égyptienne, à condition toutefois de tenir compte de la profonde transformation de l’espace urbain intervenu à partir du XVe siècle. On s’interrogera ainsi sur l’apport de la Description de l’Égypte à la connaissance du Caire médiéval et sur les conditions méthodologiques d’une telle enquête.

Nicolas Michel (PU-AMU/ IREMAM)

L’exactitude visuelle avant la photographie : l’exemple des planches de la Description de l’Égypte

Les planches gravées de la Description de l’Égypte nous frappent souvent par leur grande qualité à la fois technique et esthétique. Plusieurs paysages urbains, ruraux et monumentaux, pris ici en exemple, montrent la variété des approches et des techniques utilisées par les dessinateurs et les graveurs dans la reproduction du visible. Quelques décennies avant l’invention de la photographie, elles témoignent de l’évolution rapide du regard en quête d’exhaustivité et d’exactitude, et à travers celui-ci, de la transformation de la curiosité érudite en une démarche scientifique.