Apocrypha nubica n°3 : Le texte vieux-nubien de la Croix

Attesté par le manuscrit Berlin Staatsbibliothek Or. Quart 1020 (de Serra Est, datant du Xe-XIe s.), le texte de la Croix (Texte-Stauros) est un des mieux préservés du corpus littéraire vieux-nubien. Il est composé de deux parties. La première est un discours de Jésus aux apôtres concernant la parousie, discours qui est placé avant l’ascension. Le texte commence ainsi : « Il arriva un jour, tandis que notre Sauveur était assis sur le mont des Oliviers, alors qu’il restait quarante jours avant son ascension aux cieux, et que nous, les apôtres, venions de nous réunir autour de lui, il nous révéla un mystère indicible au sujet des choses célestes et des choses terrestres, du jugement des morts et des vivants après qu’il les aura suscités (?), et de la résurrection des morts. » Ensuite Pierre pose une question à Jésus : « Pour quelle raison, quand tu jugeras dans la justice, viendras-tu en ayant avec toi le signe de la Croix glorieuse ? » Jésus répond que, lors du jugement dernier, il sera assis sur un trône de gloire, tenant la Croix dans la main droite, dans la vallée de Josaphat. Les racines de la Croix irrigueront la terre et ses branches couvriront un tiers de la terre. À la fin du jugement, la Croix montera au ciel. Tous ceux qui auront cru et jugés favorablement, monteront et suivront la Croix au ciel. Le discours se clôt ainsi. La deuxième partie est un discours, sous la forme d’une litanie doxologique en l’honneur de la Croix. Ce bref sermon n’est pas de Jésus mais du narrateur. Le narrateur déclare ainsi : la Croix est la résurrection des morts, la Croix est l’espoir des chrétiens, la Croix est l’exultation des apôtres, la Croix est la sauvegarde du monde, la Croix est le bienfait des pauvres, la Croix est un scandale pour les païens, etc.

La première partie de ce texte est connue par un parallèle conservé en copte sahidique et transmis dans le codex de Qasr el-Wizz (Assouan Special Number 168), découvert en 1965, au nord de Faras. Pour la seconde partie, on en connaît un parallèle très proche, mais pas identique. Il s’agit de la version vieux-nubienne du sermon In venerabilem crucem du pseudo-Chrysostome. Cette version nubienne a été retrouvée dans un manuscrit de Serra Est, en 1963-1964 par l’Oriental Institute de l’université de Chicago, lors de fouilles au Soudan. Ce sermon  est connu en grec, mais aussi en latin, syriaque, arabe, arménien, slavon et guèze. La deuxième partie du Texte-Stauros est un remaniement et abrègement de la version vieux-nubienne, attestée en intégralité, de l’homélie pseudo-chrysotomienne In venerabilem crucem.

Le Texte-Saturos, qui associe un discours apocalyptique du sauveur et une hymne à la Croix est très proche, dans sa structure et ses thèmes, d’un texte copte récemment réédité et finement commenté par Alin Suciu, qu’il intitule l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, connu précédemment sous le nom d’Évangile du Sauveur. Ce texte met en scène un dialogue apocryphe, placé avant la Passion, entre Jésus et les apôtres. Au cours du récit, Jésus-Christ se met à déclamer une hymne à la Croix, tandis que les apôtres dansent autour de cette dernière. Ensuite, le Christ reprend et termine son discours de révélation.

Le texte vieux-nubien de la Croix, à l’instar de l’Apocryphon de Berlin-Strasbourg, relève indéniablement du genre du mémoire apostolique, car il en présente certains traits, comme le discours de Jésus sur les monts des Oliviers et l’usage du « nous » apostolique. L’existence d’une version vieux-nubienne d’un tel texte atteste l’importante diffusion, depuis l’Égypte jusqu’en Nubie, des œuvres ressortissant au genre du mémoire apostolique à l’époque médiévale.



Citer ce billet
Damien Labadie (2020, 7 septembre). Apocrypha nubica n°3 : Le texte vieux-nubien de la Croix. Projet ERC COG HornEast. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://horneast.hypotheses.org/1769