Deuxième campagne de fouilles sur le site de Kwiha Kirkos

En décembre 2018, parallèlement à la première campagne de fouilles sur le cimetière musulman médiéval de Bilet (Kwiha, Tigray, Ethiopie), un petit sondage avait été réalisé sur la pente orientale du tell de Kirkos au nord de Kwiha près de Mekelle, à l’endroit où plusieurs murs affleuraient. La fouille avait partiellement mis au jour les vestiges bien conservés d’un bâtiment à saillants et ressauts évoquant une architecture de type aksumite1

Vestiges monumentaux mis au jour en 2018 (Mission Bilet 2018)
Vestiges monumentaux mis au jour en 2018 (Mission Bilet 2018)

La campagne de fouille menée du 25 novembre au 20 décembre 2019 a eu pour objectif d’étendre ce sondage et d’ouvrir deux fenêtres supplémentaires afin de recueillir davantage d’informations sur la séquence d’occupation du tell, de caractériser les contextes et d’obtenir du matériel datant. L’un des principaux enjeux dans le cadre du projet ERC HornEast consiste à identifier des niveaux et des structures attestant d’un habitat contemporain du cimetière (Xe-XIIIe siècle).

Enda Kirkos : site aksumite, post aksumite et nécropoles

Colline artificielle culminant à 2197 m, le tell de Kirkos (Enda Kirkos) est situé au nord de Kwiha le long de la route du Tigré oriental reliant le Shoa à Massawa, à 300 m du cimetière de Bilet. Au sud, le tell est en partie occupé par un village et à son sommet se dresse une église dédiée à saint Kirkos (Cyriaque), érigée dans le courant des années 2010 à l’emplacement d’un édifice plus modeste. 

L’ ancienne église incorporée dans la nouvelle (Cliché Jean-François Breton 2013)

L’antiquité du site est reconnue au moins depuis le premier quart du XIXe siècle puisqu’il s’agit vraisemblablement de Quened/Queha où Nathaniel Pearce note la présence d’ « obélisques brisés » et de « grandes pierres taillées comme celles d’Aksum »2. Dans la première moitié du XXe siècle, les piliers monolithes de Kwiha sont notamment signalés par Carlo Conti Rossini et Antonio Mordini. Plus récemment, à partir de 2014, le site a fait l’objet de prospections dirigées par Jean-François Breton dans le cadre d’un projet interdisciplinaire de l’université de Mekelle. Les résultats préliminaires de ces prospections ainsi qu’une synthèse des connaissances sur le site ont été récemment publiés3. La céramique collectée en surface du tell atteste une occupation au cours des périodes aksumites moyenne et tardive ainsi qu’à des époques plus récentes que les connaissances actuelles sur la culture matérielle ne permettent malheureusement pas d’identifier plus précisément.

Au ramassage de surface s’ajoutent les observations réalisées lors des travaux de construction de l’église et au cours la campagne 2018 du projet ERC HornEast. Plusieurs aménagements récents ont en effet mis au jour et endommagé une partie des vestiges enfouis : la pose des fondations de la nouvelle église et le creusement de caveaux en limite du cimetière attenant ont exposé de nombreux murs, parfois très larges, ainsi que du mobilier céramique : l’aménagement d’une desserte carrossable en direction de l’église au moment de l’élargissement de la route principale est venu couper plusieurs structures maçonnées et des sépultures en limite nord du tell. 

Vue en coupe d’une sépulture exposée par l’élargissement de la route menant au tell (Mission Bilet 2019)

En contrebas du tell, plusieurs murs et sépultures ont également été dégagés lors de l’aménagement d’un canal d’irrigation alimentant des vergers et des potagers. 

 

Maçonneries et sépultures exposées lors de l’aménagement d’un canal d’irrigation en contrebas du tell (Mission Bilet 2018)

Les habitants du village signalent aussi l’existence de nombreux murs à l’intérieur de leurs cours et de leurs habitations, confirmant l’étendue et la longue séquence d’occupation du site.

Les traditions locales identifient les piliers brisées au sud-est de l’église avec les vestiges d’une ancienne église détruite par l’imam Ahmad Graññ lors de son jihad au XVIe siècle et évoquent aussi l’existence d’un palais royal à proximité. Au XVIe siècle, Francisco Alvarez rapporte que Bilet (Belete) possédait un beteneguz, siège du pouvoir local qui semble s’être déplacé plus tard sur le site voisin d’Igre Hariba (Woger Arreva), résidence d’Ito Debbib lors du passage de Nathaniel Pearce (1818-1819).

L’apport des fouilles

En décembre 2019, le secteur 2 ouvert en 2018 a été étendu sur plus de 100m². La fouille a révélé une stratigraphie complexe notamment du fait de l’érosion le long de la pente naturelle du tell. Plusieurs grandes phases de constructions, parfois monumentales et séparées par d’imposants remblais anthropiques ont été identifiées. Ces derniers, en nivelant la zone, ont recouvert et préservé les restes de plusieurs bâtiments quadrangulaires. Les plus anciens sont relativement bien conservés et plusieurs sols dallés contemporains ont été atteints. 

Des bâtiments du secteur 2 en cours de fouille (Mission Bilet 2019)

L’une des phases intermédiaires non monumentales consiste en une zone artisanale comprenant plusieurs fours et structures de combustion.

L’ensemble a livré un mobilier céramique important qui, grâce aux datations C14 des charbons provenant des niveaux associés permettra l’établissement d’un premier référentiel pour les périodes post-aksumites. Plusieurs formes complètes ont été retrouvées isolées ou au sein de dépôts.

Pot complet déposé à l’envers à l’angle d’un bâtiment (Mission Bilet 2019)

Parmi les trouvailles non céramiques figurent notamment des éléments de parure, un dé à jouer et un moule de joailler en pierre. 

 

Une partie des trouvailles du secteur 2 (Mission Bilet 2019)

Un autre secteur a été ouvert dans la cour d’une ferme du village à une soixantaine de mètres au sud-est du précédent. Ce secteur d’une emprise de 100 m² (secteur 4) a livré de très nombreuses structures bâties et en particulier les vestiges de deux bâtiments circulaires, dont les cuisines sont particulièrement bien conservées. 

Vue générale du secteur 4 en cours de fouilles (Mission Billet 2019)

En raison du temps plus limité dévolu à ce secteur, seuls les niveaux les plus récents ont pu être intégralement fouillés mais plusieurs murs plus anciens ont commencé à être dégagés, qui suggèrent une séquence d’occupation comparable à celle du secteur 2. L’ensemble a livré un important mobilier céramique comprenant des formes complètes ainsi que quelques objets métalliques, de nombreuses meules et un moule de joailler en pierre.

Formes complètes provenant du secteur 4 (Mission Bilet 2019)

Un dernier sondage plus réduit (secteur 5) a concerné l’une des sépultures collectives en partie détruite lors de l’élargissement de l’accès à l’église au nord du tell. Si l’intérieur de la sépulture n’a pu être observé qu’en coupe pour des raisons de sécurité, l’aménagement de la tombe et une petite structure conservée sur les dalles de couverture ont été relevés. 

Vue de la sépulture du secteur 5 (Mission Bilet 2019)

La saison de fouille a donc été particulièrement fructueuse. Elle a permis de renforcer la collaboration avec nos collègues Hiluf Berhe (Université de Mekelle) et Guesh Tsehaye (Tigray Culture and Tourism Bureau) qui ont participé aux deux campagnes de fouilles de 2018 et 2019, ainsi qu’aux prospections d’octobre 2019. Deux autres experts, Dawit Tibebu pour l’Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage (ARCCH) et Goitom Admasu pour le Mekelle City Culture and Tourism Bureau, ont activement participé à la mission. Nous avons aussi été rejoints par plusieurs membres du département d’archéologie de l’Université de Mekelle, ainsi que par plusieurs étudiants de niveau master qui se sont formés à la fouille, au relevé de terrain et au dessin de mobilier.

  1. https://horneast.hypotheses.org/?p=1158&preview=true []
  2. N. Pearce, The Life and Adventures of Nathaniel Pearce, written by himself during a Residence in Abyssinia, from the years 1810 to 1819, Henry Colburn and Richard Bentley, Londres, 1831, p. 122‑124 []
  3. J.-F. Breton, Y.A. Ayele, « Kwiha (Tigray, Ethiopia): the Aksumite city », dans Afrique : Archéologie & Arts, 15, 2019, p. 53‑66 []