Apocrypha nubica n°2 : Le In quattuor animalia du pseudo-Chrysostome

Le In quattuor animalia du pseudo-Chrysostome est un texte connu en copte sahidique, arabe, guèze et vieux-nubien. Dans ce sermon pseudépigraphique, l’auteur, qui prétend être Jean Chrysostome lui-même, narre de quelle façon il aurait trouvé à Jérusalem, dans la maison de Marie, mère de l’apôtre Jean, un livre contenant des révélations de Jésus à propos des quatre animaux incorporels. Ces quatre animaux incorporels sont les quatre entités qui portent le char divin dans la vision décrite dans le premier chapitre du livre d’Ézéchiel. À l’instar d’autres textes relevant du genre de mémoire apostolique (voir https://horneast.hypotheses.org/1095), le In quattuor animalia se présente comme un texte de révélation de Jésus, qui divulgue des mystères au sujet de ces quatre créatures, mais également au sujet de l’archange Michel.

La version vieux-nubienne de cette oeuvre est conservée dans un manuscrit de Serra est, en Nobadie, datant des 11e-12e siècles. Le manuscrit consiste en un seul folio, lacunaire (voir image ci-dessous). L’extrait conservé dans le manuscrit nubien contient un passage citant un prétendu mémoire apostolique. Des fragments coptes de cette même homélie ont été retrouvés à Qasr Ibrim, au nord de Serra est, ce qui atteste la diffusion assez importante de cette œuvre en Nubie à l’époque médiévale.