Apocrypha nubica n°1 : Brève présentation et inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens

Le corpus littéraire vieux-nubien, assez restreint, comprend des textes de nature exclusivement religieuse : on y trouve des lectionnaires (incluant des passages de l’Ancien et du Nouveau Testament), des textes patristiques, des canons conciliaires, des symboles de foi, des textes hagiographiques et aussi des textes apocryphes. 
 
Le corpus apocryphe vieux-nubien est représenté par quatre textes fragmentaires, conservés dans cinq manuscrits distincts datables d’une période s’échelonnant, approximativement, du Xe au XIIe siècle.
 
Il est à noter que tous ces textes relèvent d’un même genre, celui du mémoire apostolique, qui fut en vogue en Égypte à partir des Ve et VIe siècles, dans le sillage des controverses nées lors du concile de Chalcédoine de 451. Ce genre se caractérise par un discours de révélation que Jésus adresse aux apôtres. Les apôtres, qui parlent à la première personne du pluriel, prétendent avoir mis par écrit ce dialogue sous la forme d’un mémoire et l’avoir déposé dans une bibliothèque de Jérusalem. Souvent, ce mémoire est retranscrit dans un sermon pseudo-patristique prononcé lors d’une une fête liturgique ; l’auteur prétend ainsi avoir retrouvé ce mémoire à Jérusalem et il le cite in extenso dans son homélie. Ces mémoires des apôtres traitent de différents sujets : l’intronisation de figures angéliques (Michel, Gabriel, Abbaton) ; des récits au sujet des personnages du Nouveau Testament, tels la famille de Jésus, Gamaliel ou Pilate ; des épisodes de la vie de Jésus comme sa naissance, sa crucifixion et sa résurrection. 
 
Il est remarquable que ce genre copte tardo-antique fut particulièrement florissant dans la Nubie médiévale ; les traductions du copte en vieux-nubien de certains de ces textes attestent les fortes connexions intellectuelles, religieuses et littéraires que l’Égypte et la Nubie ont entretenues tout au long de la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge. Une des raisons de ce succès réside peut-être dans la place que ces textes accordent à la figure de l’archange Michel, chef des armées célestes, au sujet duquel Jésus divulgue des révélations à destination des apôtres. Or, comme le culte de Michel était particulièrement vivace dans la Nubie médiévale (en témoignent les fresques de la cathédrale de Faras), on peut supposer que ces textes, traduits en nubien, connurent un engouement manifeste dans un contexte où l’archange jouissait déjà d’une popularité certaine. 
 
Nous proposons en document téléchargeable un inventaire des textes apocryphes vieux-nubiens connus à ce jour, ainsi qu’une bibliographie. Des éditions, traductions et études sont signalées pour chacun de ces textes. 
 
Ceci est le premier billet d’une série consacrée aux apocryphes vieux-nubiens. Les billets suivants présenteront un commentaire et une traduction de chacun des textes apocryphes vieux-nubiens que nous avons répertoriés.